Dimanche 4 Décembre 2016
Par dela l’apparence, quels fruits portes-tu ?

jean_baptiste6

Livre d’Isaïe 11,1-10.
En ce jour-là, un rameau sortira de la souche de Jessé, père de David, un rejeton jaillira de ses racines.
Sur lui reposera l’esprit du Seigneur : esprit de sagesse et de discernement, esprit de conseil et de force, esprit de connaissance et de crainte du Seigneur
– qui lui inspirera la crainte du Seigneur. Il ne jugera pas sur l’apparence ; il ne se prononcera pas sur des rumeurs.
Il jugera les petits avec justice ; avec droiture, il se prononcera en faveur des humbles du pays. Du bâton de sa parole, il frappera le pays ; du souffle de ses lèvres, il fera mourir le méchant.
La justice est la ceinture de ses hanches ; la fidélité est la ceinture de ses reins.
Le loup habitera avec l’agneau, le léopard se couchera près du chevreau, le veau et le lionceau seront nourris ensemble, un petit garçon les conduira.
La vache et l’ourse auront même pâture, leurs petits auront même gîte. Le lion, comme le bœuf, mangera du fourrage.
Le nourrisson s’amusera sur le nid du cobra ; sur le trou de la vipère, l’enfant étendra la main.
Il n’y aura plus de mal ni de corruption sur toute ma montagne sainte ; car la connaissance du Seigneur remplira le pays comme les eaux recouvrent le fond de la mer.
Ce jour-là, la racine de Jessé, père de David, sera dressée comme un étendard pour les peuples, les nations la chercheront, et la gloire sera sa demeure.

Psaume 72(71),1-2.7-8.12-13.17.
Dieu, donne au roi tes pouvoirs,
à ce fils de roi ta justice.
Qu’il gouverne ton peuple avec justice,
qu’il fasse droit aux malheureux !

En ces jours-là, fleurira la justice,
grande paix jusqu’à la fin des lunes !
Qu’il domine de la mer à la mer,
et du Fleuve jusqu’au bout de la terre !

Il délivrera le pauvre qui appelle
et le malheureux sans recours.
Il aura souci du faible et du pauvre,
du pauvre dont il sauve la vie.

Que son nom dure toujours ;
sous le soleil, que subsiste son nom !
En lui, que soient bénies toutes les familles de la terre ;
que tous les pays le disent bienheureux !

Lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 15,4-9.
Frères, tout ce qui a été écrit à l’avance dans les livres saints l’a été pour nous instruire, afin que, grâce à la persévérance et au réconfort des Écritures, nous ayons l’espérance.
Que le Dieu de la persévérance et du réconfort vous donne d’être d’accord les uns avec les autres selon le Christ Jésus.
Ainsi, d’un même cœur, d’une seule voix, vous rendrez gloire à Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ.
Accueillez-vous donc les uns les autres, comme le Christ vous a accueillis pour la gloire de Dieu.
Car je vous le déclare : le Christ s’est fait le serviteur des Juifs, en raison de la fidélité de Dieu, pour réaliser les promesses faites à nos pères ;
quant aux nations, c’est en raison de sa miséricorde qu’elles rendent gloire à Dieu, comme le dit l’Écriture : ‘C’est pourquoi je proclamerai ta louange parmi les nations, je chanterai ton nom.’

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 3,1-12.
En ces jours-là, paraît Jean le Baptiste, qui proclame dans le désert de Judée :
« Convertissez-vous, car le royaume des Cieux est tout proche. »
Jean est celui que désignait la parole prononcée par le prophète Isaïe : ‘Voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers.’
Lui, Jean, portait un vêtement de poils de chameau, et une ceinture de cuir autour des reins ; il avait pour nourriture des sauterelles et du miel sauvage.
Alors Jérusalem, toute la Judée et toute la région du Jourdain se rendaient auprès de lui,
et ils étaient baptisés par lui dans le Jourdain en reconnaissant leurs péchés.
Voyant beaucoup de pharisiens et de sadducéens se présenter à son baptême, il leur dit : « Engeance de vipères ! Qui vous a appris à fuir la colère qui vient ?
Produisez donc un fruit digne de la conversion.
N’allez pas dire en vous-mêmes : “Nous avons Abraham pour père” ; car, je vous le dis : des pierres que voici, Dieu peut faire surgir des enfants à Abraham.
Déjà la cognée se trouve à la racine des arbres : tout arbre qui ne produit pas de bons fruits va être coupé et jeté au feu.
Moi, je vous baptise dans l’eau, en vue de la conversion. Mais celui qui vient derrière moi est plus fort que moi, et je ne suis pas digne de lui retirer ses sandales. Lui vous baptisera dans l’Esprit Saint et le feu.
Il tient dans sa main la pelle à vanner, il va nettoyer son aire à battre le blé, et il amassera son grain dans le grenier ; quant à la paille, il la brûlera au feu qui ne s’éteint pas. »


Par dela l’apparence, quels fruits portes-tu ?

 

         Cela ne devait pas sentir bien bon ! La page d’Evangile de ce jour nous présente Jean Baptiste, vêtu comme un sac, avalant sauterelles et miel sauvage, haranguant les foules dans la poussière du désert. Ce qui est surprenant c’est que tous viennent à lui, alors que le lieu n’est pas accueillant et que le personnage n’est pas affable. Les « Zélés de la loi », ces tenants des groupes pharisiens et sadducéens, sont accueillis par le baptiste d’une volée de bois vert. A l’égard de ceux qui se tiennent fièrement pour « enfants d’Abraham », l’ironie de Jean est vraiment cinglante lorsqu’il jette : « de ces pierres, Dieu peut faire surgir des enfants à Abraham ! ». Ainsi le baptiste entend nettement que pharisiens et sadducéens sont plus durs que des cailloux. C’est comme s’il disait : « Ne croyez pas que vous soyez des ayant-droit pour la tendresse de Dieu ; d’autres de moins fière apparence sont peut-être plus proches de son affection !

         Et voici qu’apparaît un critère pour distinguer ceux qui se tiennent vraiment dans la volonté de Dieu et ceux qui prétendent seulement s’y tenir : le critère du fruit. Deux images fortes pour l’étayer : d’abord la cognée, à la racine des arbres, afin de couper le végétal qui ne porte pas de fruit. Ensuite la pelle à vanner que Jean Baptiste imagine aux mains du Christ, pour séparer la paille et le bon grain.

         Et nous chrétiens d’aujourd’hui, sommes-nous comme les zélés pharisiens, soucieux d’abord de  l’apparence, autrement dit avides de nous présenter comme des cathos bon teint, mais peut être asséchés par les scrupules ou les observances ? Sommes-nous plutôt d’abord préoccupés de porter de bons fruits, avec cette interrogation constante : « à qui, aujourd’hui, est-ce que je permets de grandir ? ».       

 

Père Alexis Bacquet      

 



Merci, tant de mercis aux bénévoles si nombreux qui ont permis la joie de notre fête de Saint Jean du WE dernier ! 

 

Noël en vue : La messe du 24 décembre au soir est à 19h30, celle du 25 décembre est à 10h30

Pour se préparer à Noël, le Conseil pastoral vous propose un geste très simple, à base d’une boîte cadeau à apporter pour la crèche et d’un témoignage personnel à écrire sur un épisode de votre vie où quelqu’un a été pour vous un cadeau qui fait grandir…Prenez le tract qui vous en dit plus.

 

L’équipe de l’accueil à l’église cherche à s’étoffer. Cela pourrait être dans vos compétences et dans vos envies de servir ? Prenez contact au bureau de l’accueil…

 

BEM, mardi 6 décembre, à 20h30, 24 rue André Antoine. Nous poursuivrons notre partage sur le thème “se nourrir”, “manger”, “boire”, “le repas””, etc. A préparer  : Lévitique 11, 1-46 (animaux purs et impurs) – Marc 2, 13-17 (appel de Lévi) – Actes 10, 9-27 (la vision de Pierre) – Isaïe 1, 11-20 (pas de culte sans  justice).

 

Laissez-vous réconcilier avec Dieu : le sacrement de la réconciliation vous est proposé dans l’église de 18h à 19h, mardi 13 décembre, mercredi 14 décembre, jeudi 15 décembre, vendredi 16 décembre.

 

Adultes Jeunes (25-40 ans) petit déjeuner avec échange sur les textes de la messe du jour, dimanche 18 décembre de 09h à 10h25 au 24 rue André Antoine (rue en escalier sur le côté de l’église).

Share