Dimanche 26 février 2017
Dieu nous habille

Livre d’Isaïe 49,14-15.
Jérusalem disait : « Le Seigneur m’a abandonnée, mon Seigneur m’a oubliée. »
Une femme peut-elle oublier son nourrisson, ne plus avoir de tendresse pour le fils de ses entrailles ? Même si elle l’oubliait, moi, je ne t’oublierai pas, – dit le Seigneur.

Psaume 62(61),2-3.8-9.
Je n’ai de repos qu’en Dieu seul,
mon salut vient de lui.
Lui seul est mon rocher, mon salut,
ma citadelle : je suis inébranlable.

Mon salut et ma gloire
se trouvent près de Dieu.
Chez Dieu, mon refuge,
mon rocher imprenable !

Comptez sur lui en tous temps,
vous, le peuple.
Devant lui épanchez votre cœur :
Dieu est pour nous un refuge.

Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 4,1-5.
Frères, que l’on nous regarde donc comme des auxiliaires du Christ et des intendants des mystères de Dieu.
Or, tout ce que l’on demande aux intendants, c’est d’être trouvés dignes de confiance.
Pour ma part, je me soucie fort peu d’être soumis à votre jugement, ou à celui d’une autorité humaine ; d’ailleurs, je ne me juge même pas moi-même.
Ma conscience ne me reproche rien, mais ce n’est pas pour cela que je suis juste : celui qui me soumet au jugement, c’est le Seigneur.
Ainsi, ne portez pas de jugement prématuré, mais attendez la venue du Seigneur, car il mettra en lumière ce qui est caché dans les ténèbres, et il rendra manifestes les intentions des cœurs. Alors, la louange qui revient à chacun lui sera donnée par Dieu.

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 6,24-34.
En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Nul ne peut servir deux maîtres : ou bien il haïra l’un et aimera l’autre, ou bien il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’Argent.
C’est pourquoi je vous dis : Ne vous souciez pas, pour votre vie, de ce que vous mangerez, ni, pour votre corps, de quoi vous le vêtirez. La vie ne vaut-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que les vêtements ?
Regardez les oiseaux du ciel : ils ne font ni semailles ni moisson, ils n’amassent pas dans des greniers, et votre Père céleste les nourrit. Vous-mêmes, ne valez-vous pas beaucoup plus qu’eux ?
Qui d’entre vous, en se faisant du souci, peut ajouter une coudée à la longueur de sa vie ?
Et au sujet des vêtements, pourquoi se faire tant de souci ? Observez comment poussent les lis des champs : ils ne travaillent pas, ils ne filent pas.
Or je vous dis que Salomon lui-même, dans toute sa gloire, n’était pas habillé comme l’un d’entre eux.
Si Dieu donne un tel vêtement à l’herbe des champs, qui est là aujourd’hui, et qui demain sera jetée au feu, ne fera-t-il pas bien davantage pour vous, hommes de peu de foi ?
Ne vous faites donc pas tant de souci ; ne dites pas : “Qu’allons-nous manger ?” ou bien : “Qu’allons-nous boire ?” ou encore : “Avec quoi nous habiller ?”
Tout cela, les païens le recherchent. Mais votre Père céleste sait que vous en avez besoin.
Cherchez d’abord le royaume de Dieu et sa justice, et tout cela vous sera donné par surcroît.
Ne vous faites pas de souci pour demain : demain aura souci de lui-même ; à chaque jour suffit sa peine. »

 


Dieu nous habille

 

         Dimanche dernier, Paul de Tarse nous disait sans complexe : « Vous êtes le Temple de Dieu et l’Esprit de Dieu habite en vous ». Autrement dit : nous sommes sa présence, sa “présentation” au monde, son lieu de vie ; il nous habite, chacun de nous est son « habit », son habillage : quand on nous voit, on « voit le Père » ; ce que Jean l’évangéliste dit de Jésus, Paul le dit de nous ! D’une certaine façon, Paul reprend aujourd’hui ce thème en nous désignant  “auxiliaires du Christ”, “intendants” dignes de confiance.

         Et l’Evangile de Matthieu – écrit dans les années 80 de notre ère, un demi-siècle après la mort de Jésus -, continue sa relecture des commandements de la Torah. Et il nous met en garde : ne faites pas de l’Argent un dieu qui entre en concurrence avec le Père des hommes. L’Argent n’est pas Dieu, c’est un faux ami ; il donne l’illusion du pouvoir, si nous ne vivons que pour lui. Il peut manger toute l’énergie de nos existences et nous rendre absents des profondeurs de l’humanité. Alors Jésus nous invite à contempler la nature, les oiseaux du ciel qui ne sèment, ni ne moissonnent ; les lis de champs qui ne travaillent, ni ne filent … Et Jésus enchaîne : si Dieu donne un tel vêtement à l’herbe des champs, il en fait bien plus à notre égard … il fait de chacun de nous son vêtement, son habit. Il n’a pas froid et il a le choix !

         Bien sûr, il ne s’agit pas de nous évader des conditions et des activités humaines nécessaires pour exister : mais « la vie vaut bien plus que la nourriture, le logement, les habits ! » Elle est une recherche tenace pour aménager ensemble notre terre qui est notre maison commune ; pour que tout être soit respecté, accepté, reconnu comme fille-fils d’un même Père. Elle est une tentative jamais lassée de construire ce que Jésus appelle le « Royaume de Dieu » sous le signe de la justice à mettre en œuvre : elle nous demande de dépasser nos terribles limites individuelles qui nous semblent indispensables pour nous défendre contre l’étrangeté des autres. Et puis, bien souvent, le souci pour demain occupe très fortement les heures d’aujourd’hui. Il faudrait enfin pouvoir dire : à chaque jour suffit sa peine.                                                                                                           

Gérard Bouvier



Vers le Carême : célébration unique du Mercredi des Cendres le 1° mars à 19h30. Le Conseil pastoral vous propose un feuillet sur « partage, prière et jeûne » pour des échanges durant les messes des dimanches 5 mars, 19 mars et 2 avril prochains.

Eveil à la foi pour les 4-7 ans et leurs parents dimanche 05 mars, rendez-vous à 10h15 à l’entrée de l’église. 

Groupe divorcés et divorcés remariés : rencontre mardi 28 février à 20h30 au 21 rue des Abbesses, salle Bibliothèque.

Adultes jeunes (25-40 ans) petit déjeuner et partage sur les textes de la messe dimanche 19 mars 2017 de 9h à 10h25 au 24 rue André Antoine (demandez le tract).

 La braderie de printemps aura lieu les 10 ,11 et 12 mars prochains.

 

Dans notre église ont eu lieu les obsèques de Mesdames Jacqueline Guerin et Colette Davoust

 


 

Share