Dimanche 21 Mai 2017
Connivence et fidélité, la confiance sur deux pieds !

Livre des Actes des Apôtres 8,5-8.14-17.
En ces jours-là, Philippe, l’un des Sept, arriva dans une ville de Samarie, et là il proclamait le Christ.
Les foules, d’un même cœur, s’attachaient à ce que disait Philippe, car elles entendaient parler des signes qu’il accomplissait, ou même les voyaient.
Beaucoup de possédés étaient délivrés des esprits impurs, qui sortaient en poussant de grands cris. Beaucoup de paralysés et de boiteux furent guéris.
Et il y eut dans cette ville une grande joie.
Les Apôtres, restés à Jérusalem, apprirent que la Samarie avait accueilli la parole de Dieu. Alors ils y envoyèrent Pierre et Jean.
À leur arrivée, ceux-ci prièrent pour ces Samaritains afin qu’ils reçoivent l’Esprit Saint ;
en effet, l’Esprit n’était encore descendu sur aucun d’entre eux : ils étaient seulement baptisés au nom du Seigneur Jésus.
Alors Pierre et Jean leur imposèrent les mains, et ils reçurent l’Esprit Saint.

Psaume 66(65),1-3a.4-5.6-7a.16.20.
Acclamez Dieu, toute la terre ;
fêtez la gloire de son nom,
glorifiez-le en célébrant sa louange.
Dites à Dieu : « Que tes actions sont redoutables ! »

Toute la terre se prosterne devant toi,
elle chante pour toi, elle chante pour ton nom.
Venez et voyez les hauts faits de Dieu,
ses exploits redoutables pour les fils des hommes.

Il changea la mer en terre ferme :
ils passèrent le fleuve à pied sec.
De là, cette joie qu’il nous donne.
Il règne à jamais par sa puissance.

Venez, écoutez, vous tous qui craignez Dieu :
je vous dirai ce qu’il a fait pour mon âme ;
Béni soit Dieu
qui n’a pas écarté ma prière,
ni détourné de moi son amour !

Première lettre de saint Pierre Apôtre 3,15-18.
Bien-aimés, honorez dans vos cœurs la sainteté du Seigneur, le Christ. Soyez prêts à tout moment à présenter une défense devant quiconque vous demande de rendre raison de l’espérance qui est en vous ;
mais faites-le avec douceur et respect. Ayez une conscience droite, afin que vos adversaires soient pris de honte sur le point même où ils disent du mal de vous pour la bonne conduite que vous avez dans le Christ.
Car mieux vaudrait souffrir en faisant le bien, si c’était la volonté de Dieu, plutôt qu’en faisant le mal.
Car le Christ, lui aussi, a souffert pour les péchés, une seule fois, lui, le juste, pour les injustes, afin de vous introduire devant Dieu ; il a été mis à mort dans la chair, mais vivifié dans l’Esprit.

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 14,15-21.
En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Si vous m’aimez, vous garderez mes commandements.
Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Défenseur qui sera pour toujours avec vous.
l’Esprit de vérité, lui que le monde ne peut recevoir, car il ne le voit pas et ne le connaît pas ; vous, vous le connaissez, car il demeure auprès de vous, et il sera en vous.
Je ne vous laisserai pas orphelins, je reviens vers vous.
D’ici peu de temps, le monde ne me verra plus, mais vous, vous me verrez vivant, et vous vivrez aussi.
En ce jour-là, vous reconnaîtrez que je suis en mon Père, que vous êtes en moi, et moi en vous.
Celui qui reçoit mes commandements et les garde, c’est celui-là qui m’aime ; et celui qui m’aime sera aimé de mon Père ; moi aussi, je l’aimerai, et je me manifesterai à lui. »

 


Connivence et fidélité, la confiance sur deux pieds !

Vous demandez à l’homme de la rue : « A quoi sert un prêtre ? » Il répondra : « Il y a les messes, les baptêmes, les enterrements… » Ce n’est pas faux, mais cela ne constitue que la surface visible de l’iceberg, il y a tant d’autres services…Vous demandez ensuite à l’homme de la rue : « A quoi sert le catéchisme ? » Il répondra : « on y apprend des prières et comment se conduire un peu moralement… » Ce n’est pas faux, mais c’est aussi tellement court !

Le catéchisme, c’est un drôle de jeu collectif pour créer une connivence ! La connivence entre Jésus et un enfant et aussi ses parents. Tout y est centré sur la découverte de Jésus le Christ. Sur ses paroles et sur ses gestes. Sur une découverte progressive et étonnante : les gestes et les paroles de Jésus peuvent devenir mes gestes et mes paroles, et cela sert à m’épanouir, et cela me rend heureux.

Gros défi alors : comment garder le lien de connivence ? Jésus m’est fidèle…, comment vais-je lui rester fidèle ? Dans l’Évangile de ce jour, Jésus parle d’un « défenseur » qui est l’Esprit Saint. « Il demeure en vous » dit le Christ et encore : « Je ne vous laisserai pas orphelins » Cet Esprit est la force de Dieu dans nos esprits qui nous rappelle les paroles et les actes de Jésus et nous garde en communion avec Dieu.

Lorsqu’un enfant célèbre comme aujourd’hui la première des communions, il entre plus avant dans une fidélité au Christ. Que personne ne dise qu’il s’agit d’un point final ou d’un aboutissement, ce serait jeter au sol la connivence et la fidélité ! Dans l’Évangile de ce jour encore Jésus déclare : « le monde ne me verra plus, mais vous, vous me verrez vivant » Dans cette phrase, quelle confiance inouïe ! Je ne vois pas Jésus de Nazareth dans son corps de chair, cependant je vois Jésus vivant par les actes et les paroles de celles et de ceux, qui grâce à la force de l’Esprit Saint, s’efforcent de vivre entre eux l’amour de Dieu.

A quoi cela sert-il le catéchisme ? C’est une école de l’amour véritable et de l’humanisation réelle !        

 

Père Alexis Bacquet

 



Fête de l’Ascension : jeudi 25 mai, messe à 10h30.

 

Friperie de l’été : Le vendredi 9 et samedi 10 juin de 13h30 à 18h et le dimanche 11 juin de 11h30 à 18h au 22 rue André Antoine (rue en escalier sur le côté de l’église). 

 

Les comptes 2016 de notre communauté sont publiés, prenez la feuille à votre disposition, n’hésitez pas à la donner autour de vous…

Share