Conseil pastoral du 16 et 17 juin 2017

Matthieu de Laubier, Bilan des Adultes jeunes, des enfants et ados et de RPS (Rencontre Préalable aux Sacrements)

1-Présentation rapide de Matthieu de Laubier :

Sera ordonné prêtre samedi 24 juin 2017 à Notre-Dame, Actuellement séminariste à Notre Dame de la Croix (Ménilmontant). Carrière de journaliste et musicien.

2- Bilan sur 3 axes:

Adultes jeunes : groupe né en juin 2015. CIBLE : 25/40 ans. EQUIPE de pilotage : 9 personnes.  3 personnes n’ont pas pu poursuivre. Différents essais de MOMENTS de réunion : petit déjeuner, après-midi ou soir, le petit déjeuner a été le moment le plus fédérateur. RYTHME : le 3ème dimanche du mois. THEMES : Eucharistie, migrants, évangile, … BILAN : Fragilité. Difficile de faire s’engager les Adultes-Jeunes.

Enfants et ados :
Eveil à la Foi : 4/7ans Préparation par les parents une fois dans l’année avec l’aide du bateau-cible fourni. Impact intéressant sur la messe : bonne participation. Bonne étape avant le catéchisme.

Catéchisme : 45 enfants du CE2 au CM2 : Implication des parents obligatoire, séances parents-enfants, séances enfants, préparations aux sacrements (catéchuménat, 1ère communion, réconciliation). Accompagnement par les compagnons d’Emmaüs, redécouverte de la Foi pour les parents parfois. Fonctionnement positif.

Aumônerie : 25 jeunes de la 6ème à la 3ème : Rythme : 1h le samedi matin. Thèmes : moteur à 4 temps : Bible, prière, convivial (invitation d’un témoin), thème. Difficulté avec le turn-over des animateurs, le prêtre porte tout à bout de bras, les jeunes ne se mobilisent pas pour la messe. Mais positif, les jeunes ne s’ennuient pas !
Comment avancer en gardant les + et en agissant sur les – ? (Hors les murs ?)

RPS : Rencontre Préalable aux  Sacrements.

Objectif : s’entendre sur le sens de la démarche autour de la personne du Christ et la parole de Dieu, autour de l’Eglise, la communauté paroissiale, la messe, autour de la notion de sacrement, autour du pardon.

Rythme : 2 temps : le 1er dimanche toute la journée, le 2ème sur la fin d’après-midi. 1er temps : petit déjeuner avec présentation et partage sur l’Evangile, messe ensemble, puis repartage sur l’évangile, déjeuner, 2h d’échanges sur l’Eglise et les sacrements puis proposition d’une démarche sur le pardon.

Ceux qui préparent le baptême ne reviendront plus dans ce groupe et la semaine suivante dimanche 16h-18h les futurs mariés se retrouvent pour un partage autour du pardon et de la démarche proposée et sur la personne du Christ. Plusieurs animateurs.

Bilan : ce nouveau rythme est bon. Des gens intéressés mais qui ne vont pas forcément beaucoup plus loi. Mais il y a encore des ajustements à faire sur le contenu, l’animation et la fréquence.

3- Le vécu de chacun au Conseil pastoral : 

Des bilans tous globalement positifs, de membres plutôt heureux de participer à ce service.

Ce que ça m’a apporté : Mieux connaître les paroissiens / Etre acteur dans la vie de la communauté (non consommateur) / Participer à des temps de réflexion « de fond » (pas assez pour certains) / Apprendre des choses sur soi-même (ressources ou limites) et d’acquérir des compétences nouvelles.

Rôle, mission du CPP : Les expériences de certains en paroisse rurale ont fait connaître un fonctionnement particulier. Nous sommes davantage « équipe d’animation pastorale » que Conseil. Beaucoup de choses ont été faites, ne pas oublier de regarder le chemin parcouru et de s’en réjouir, « Soyons fiers de nous. »

Composition du CPP : Aller vers une composition plus représentative de la communauté (âges, origines sociales,…) ? Le groupe est peut-être un peu trop important dans sa forme actuelle.  Mode d’appel : garder l’idée d’un appel transmis par un des membres (« envoyé » de tous). Statut des « membres de droit » (en particulier laïcs) pas facile à vivre, parce que pas sur le même niveau de légitimité que les autres (permanents donc beaucoup plus investis mais sur un secteur particulier et ne se sentant pas forcément « légitimes » à s’exprimer sur le reste) ; et positionnement vis-à-vis de la communauté pas simple non plus (notamment lorsqu’il s’agit de s’adresser à tous : d’où parle-t-il/elle ?)

Image, visibilité : on est sans doute correctement « repérés » comme membres du CPP, pour autant les paroissiens ne savent pas forcément décrire la mission, rôle, fonctionnement,…Il faut sans doute que le CPP se montre davantage comme « à l’initiative » (par ex. à une époque une annonce était faite en début d’année par le CPP pour évoquer les temps marquants ou projets à venir et l’orientation pastorale choisie pour l’année. La visibilité vient aussi lorsque l’on fait quelque chose avec des paroissiens où lorsqu’on est acteur visible de quelque chose (événement, célébration,…)

Fonctionnement, animation : Une évolution constatée (« professionnalisation ») mais peut-être encore besoin d’un cadrage (coaching). Animation tournante : bien, même s’il est entendu qu’elle ne tourne pas forcément entre tous (définir un pool d’animateurs potentiels ??). On a un peu perdu la capacité à solliciter la parole de chacun sur chaque question qu’on avait peut-être davantage par le passé (rôle de l’animateur pour permettre à tous de s’exprimer !) Le principe des « rapporteurs », préparateurs du travail collectif, est apprécié (garde à ce que ça ne dispense pas les autres de préparer). Le mode de préparation en binômes est également apprécié de ceux qui l’ont expérimenté, il permet de rentrer plus profondément dans un sujet. Le « parrainage » est apprécié, il créé des liens privilégiés avec un ou 2 autres CPPistes et facilite l’intégration. L’ambiance est bonne. C’est plutôt un bon moment (ce qui n’a pas toujours été le cas, certains disent s’y être ennuyés par le passé)

Rythme : différemment apprécié, il a été « soutenu » à « tendu » pour certains, notamment sur le 1er semestre 2017. Toutefois tout le monde convient qu’une fréquence minimale est nécessaire. Il semblerait qu’une réunion par mois soit la bonne fréquence, d’autant que la lecture des comptes-rendus ne peuvent pas remplacer la présence.

Contenu : Sujets de fond et thèmes de réflexion : intéressants à titre perso, intérêt pour la communauté si le traitement des sujets ne reste pas hors-sol et est orienté vers la mission du CPP, tournée vers l’action. Le travail sur les forces et faiblesses a été apprécié : il est bon de savoir apprécier ce que l’on a fait de bien et repérer là où on est pas bons pour évoluer. Le fait d’inviter les différents groupes est apprécié et à préserver, cela permet de mieux connaître les différents « ministères » (activités) et ceux qui les portent (voire (Marie) ne pas s’interdire d’aller voir ces groupes fonctionner pour les découvrir encore davantage).

4. Lanceurs d’alerte :

Question initiale : une interpellation : « la vie du monde n’est pas assez présente dans les liturgies à St Jean » 

Il ne s’agit pas que de re-balancer une information dans les liturgies mais :

  • pas que les évènements mortifères, aussi les choses positives
  • de les traduire pour que ça nous concerne

Grâce à une grille de perception (danger-espérance / croissance ?) l’un de nous essaye d’établir une priorité des évènements qui mériteraient d’être retrouvés dans la liturgie. Il alertera le CPP sur ces évènements.  Quelqu’un s’occupe de rédiger une intention pour la messe.

Articulation avec le « livre d’or de la prière ??

5. Grille d’analyse des liturgies : 

Objectif : améliorer nos liturgies ; proposer la grille à des observateurs dont on sait qu’ils seront capables de faire ce travail sur la durée.

La grille serait faite pour nous CPP et pour ceux à qui on la confierait parce qu’on sait qu’ils seront à même de la remplir. elle pourrait comporter : Impressions d’ensemble / Equilibre entre les différents éléments composant la messe / Participation de tous les acteurs d’une liturgie / La messe en lien avec le monde / Au fil des dimanches, quelle analyse de telle partie de la messe ? / Est-ce que certaines parties de la messe sont systématiquement délaissées ?

Le CPP en tant que responsable de l’animation pastorale a quelque chose à dire sur la liturgie.

Il n’y a pas de liturgie parfaite. La grille est là pour donner un outil au CPP afin d’avoir une  activité de vigilance (par ex. pas assez de silences, trop de paroles,…) et donc de retour auprès des acteurs (prêtres, animateurs chants, organiste, lecteurs,…).

6. Débroussaillage pour une réflexion sur la laïcité :

Laïcité = religion et pouvoir ; la religion veut le bien, le pouvoir aussi même s’il peut y avoir des perversions. Quand on est plusieurs à vouloir le bien, on se marche sur les pieds.

Ce qu’on appelait laïcité en 1905, n’est plus pareil aujourd’hui. On confond sécularisation et laïcité, culturel et cultuel.

Il y a la laïcité voulue et définie par l’Etat et la définition donnée par l’Eglise, qui sont différentes même si assise toutes deux sur la loi de 1905.

Quels sous-entendus sont portés par le discours sur la laïcité ?

Se limiter à notre contexte en France aujourd’hui : quid de la laïcité ici et maintenant ?

Que met-on nous derrière l’idée ? Alors que les gens disent autonomie et complémentarité ou opposition guerrière (orientée surtout contre l’Islam)

Trouver des textes pour nourrir la réflexion (textes officiels, chartes de laïcité par ex., ou les arguments déployés à Noël dernier avec les histoires des crèches dans les établissements publics).

Comment essaye-t-on d’être nous-mêmes des laïcs ? Comment vivre notre laïcité ?

On se répartit les recherches documentaires : sur la crèche Babilou ; sur le discours laïcité dans l’Education Nationale ; sur les crèches de Noël dans les établissements publics ; sur ce qu’ont dit les penseurs catho sur la question ; sur ce qui se dit dans l’entreprise).

 

Share