Dimanche 17 Septembre 2017
Serviteurs du pardon

Livre de l’Ecclésiastique 27,30.28,1-7.
Rancune et colère, voilà des choses abominables où le pécheur est passé maître.
Celui qui se venge éprouvera la vengeance du Seigneur ; celui-ci tiendra un compte rigoureux de ses péchés.
Pardonne à ton prochain le tort qu’il t’a fait ; alors, à ta prière, tes péchés seront remis.
Si un homme nourrit de la colère contre un autre homme, comment peut-il demander à Dieu la guérison ?
S’il n’a pas de pitié pour un homme, son semblable, comment peut-il supplier pour ses péchés à lui ?
Lui qui est un pauvre mortel, il garde rancune ; qui donc lui pardonnera ses péchés ?
Pense à ton sort final et renonce à toute haine, pense à ton déclin et à ta mort, et demeure fidèle aux commandements.
Pense aux commandements et ne garde pas de rancune envers le prochain, pense à l’Alliance du Très-Haut et sois indulgent pour qui ne sait pas.

Psaume 103(102),1-2.3-4.9-10.11-12.
Bénis le Seigneur, ô mon âme,
bénis son nom très saint, tout mon être !
Bénis le Seigneur, ô mon âme,
n’oublie aucun de ses bienfaits !

Car il pardonne toutes tes offenses
et te guérit de toute maladie ;
il réclame ta vie à la tombe
et te couronne d’amour et de tendresse.

Il n’est pas pour toujours en procès,
ne maintient pas sans fin ses reproches ;
il n’agit pas envers nous selon nos fautes,
ne nous rend pas selon nos offenses.

Comme le ciel domine la terre,
fort est son amour pour qui le craint ;
Aussi loin qu’est l’orient de l’occident,
il met loin de nous nos péchés ;

Lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 14,7-9.
En effet, aucun d’entre nous ne vit pour soi-même, et aucun ne meurt pour soi-même :
si nous vivons, nous vivons pour le Seigneur ; si nous mourons, nous mourons pour le Seigneur. Ainsi, dans notre vie comme dans notre mort, nous appartenons au Seigneur.
Car, si le Christ a connu la mort, puis la vie, c’est pour devenir le Seigneur et des morts et des vivants.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 18,21-35.
En ce temps-là, Pierre s’approcha de Jésus pour lui demander : « Seigneur, lorsque mon frère commettra des fautes contre moi, combien de fois dois-je lui pardonner ? Jusqu’à sept fois ? »
Jésus lui répondit : « Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à soixante-dix fois sept fois.
Ainsi, le royaume des Cieux est comparable à un roi qui voulut régler ses comptes avec ses serviteurs.
Il commençait, quand on lui amena quelqu’un qui lui devait dix mille talents (c’est-à-dire soixante millions de pièces d’argent).
Comme cet homme n’avait pas de quoi rembourser, le maître ordonna de le vendre, avec sa femme, ses enfants et tous ses biens, en remboursement de sa dette.
Alors, tombant à ses pieds, le serviteur demeurait prosterné et disait : “Prends patience envers moi, et je te rembourserai tout.”
Saisi de compassion, le maître de ce serviteur le laissa partir et lui remit sa dette.
Mais, en sortant, ce serviteur trouva un de ses compagnons qui lui devait cent pièces d’argent. Il se jeta sur lui pour l’étrangler, en disant : “Rembourse ta dette !”
Alors, tombant à ses pieds, son compagnon le suppliait : “Prends patience envers moi, et je te rembourserai.”
Mais l’autre refusa et le fit jeter en prison jusqu’à ce qu’il ait remboursé ce qu’il devait.
Ses compagnons, voyant cela, furent profondément attristés et allèrent raconter à leur maître tout ce qui s’était passé.
Alors celui-ci le fit appeler et lui dit : “Serviteur mauvais ! je t’avais remis toute cette dette parce que tu m’avais supplié.
Ne devais-tu pas, à ton tour, avoir pitié de ton compagnon, comme moi-même j’avais eu pitié de toi ?”
Dans sa colère, son maître le livra aux bourreaux jusqu’à ce qu’il eût remboursé tout ce qu’il devait.
C’est ainsi que mon Père du ciel vous traitera, si chacun de vous ne pardonne pas à son frère du fond du cœur. »


Jésus nous demande de pardonner notre prochain soixante-dix fois sept fois… Autant dire à l’infini ! Bien au-delà de ce que prescrivait la loi de Moïse. C’est que Dieu nous appelle à devenir, comme lui, source de miséricorde et donc de vie.

Dans la parabole que nous lisons ce dimanche, un roi créancier cède à la supplication de son débiteur et lui remet une dette d’un montant tel qu’une vie de labeur ne suffirait pas à l’honorer.

On s’attendrait à ce que ce débiteur, déchargé de son fardeau, montre vis-à-vis d’autrui la même générosité… Il n’en est rien. Voilà qu’il se jette sur celui qui lui doit trois sous pour l’ « étrangler » ! Il s’en faut de peu qu’il ne le mette à mort, répétant le geste de Caïn sur son frère Abel, matrice de toutes nos violences.

Remettre la dette, c’est rendre la vie. Si Dieu tenait de nos actes une comptabilité morbide, si nos manquements envers lui se chiffraient en kilos de péché auxquels s’ajouteraient les impayés des générations précédentes, aucune ascèse ne nous permettrait d’en venir à bout.

Or Dieu nous a affranchi de toute dette en se donnant lui-même. Il a pardonné une fois pour toutes le péché qui, nous coupant de Lui, nous rend malades et nous tue. Il a vaincu la mort et nous a rendu la vie.

Cela fait de nous des débiteurs d’un genre nouveau : Comment s’acquitter désormais d’une telle dette ? En pardonnant à notre tour. C’est ainsi que nous sommes serviteurs du Royaume, car chaque pardon donné, même d’une voix hésitante et dans le secret du cœur, fait advenir la vie et étend le règne du Christ.

Père Matthieu de Laubier


Le 24 septembre aura lieu la messe de rentrée de la paroisse et d’installation de notre nouveau curé, le père Olivier Ségui, présidée par Mgr Benoist de Sinety, vicaire général. Un apéritif sera servi à l’issue de la messe.

Nouveaux horaires des messes : Mardi, jeudi et samedi à 12h15, Mercredi et vendredi à 19h00, Messe anticipée le samedi à 18h30, Dimanche à 10h30.

Prière du matin : Du mardi au samedi à 08h30, Le dimanche à 09h00.

Un matin, vous passez devant l’église et vous avez envie de vous arrêter. Il est 8h30, vous poussez la porte, et un chant s’élève pour accorder la journée à la louange. Des psaumes suivent pour entrer dans la force de la prière de demande, de supplication… Des intentions de prière sont offertes au cœur de Dieu. Le Notre Père et la bénédiction achèvent ce moment et lancent ma journée, celle des autres. Ça a duré 15 minutes et c’est juste très bon. A bientôt pour un premier essai ?

Les enfants à la messe : Pour les tous petits un espace avec les parents est disponible. Les enfants à partir de 4 ans sont invités à partager l’Évangile. Une équipe de parents les prend en charge à la chapelle.

Réunion du groupe concerné de près ou de loin par la question de la séparation, du divorce ou du remariage le lundi 2 octobre à 20H30 salle Bibliothèque, 21 Rue des Abbesses.

La messe d’installation du Père Alexis Bacquet aura lieu le dimanche 2 octobre à 11 heures à Saint Eloi 3 place Maurice de Fontenay 75012 Paris.

Dans notre église ont eu lieu les obsèques de Mme Simone SCHITTULLI.

Share