Dimanche 26 Novembre 2017

 

Livre d’Ézéchiel 34,11-12.15-17.
Ainsi parle le Seigneur Dieu : Voici que moi-même, je m’occuperai de mes brebis, et je veillerai sur elles.
Comme un berger veille sur les brebis de son troupeau quand elles sont dispersées, ainsi je veillerai sur mes brebis, et j’irai les délivrer dans tous les endroits où elles ont été dispersées un jour de nuages et de sombres nuées.
C’est moi qui ferai paître mon troupeau, et c’est moi qui le ferai reposer, – oracle du Seigneur Dieu.
La brebis perdue, je la chercherai ; l’égarée, je la ramènerai. Celle qui est blessée, je la panserai. Celle qui est malade, je lui rendrai des forces. Celle qui est grasse et vigoureuse, je la garderai, je la ferai paître selon le droit.
Et toi, mon troupeau – ainsi parle le Seigneur Dieu –, voici que je vais juger entre brebis et brebis, entre les béliers et les boucs.

Psaume 23(22),1-2ab.2c-3.4.5.6.
Le Seigneur est mon berger :
je ne manque de rien.
Sur des prés d’herbe fraîche,
il me fait reposer.

Il me mène vers les eaux tranquilles
et me fait revivre ;
il me conduit par le juste chemin
pour l’honneur de son nom.

Si je traverse les ravins de la mort,
je ne crains aucun mal,
car tu es avec moi :
ton bâton me guide et me rassure.

Tu prépares la table pour moi
devant mes ennemis ;
tu répands le parfum sur ma tête,
ma coupe est débordante.

Grâce et bonheur m’accompagnent
tous les jours de ma vie ;
j’habiterai la maison du Seigneur
pour la durée de mes jours.

Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 15,20-26.28.
Frères, le Christ est ressuscité d’entre les morts, lui, premier ressuscité parmi ceux qui se sont endormis.
Car, la mort étant venue par un homme, c’est par un homme aussi que vient la résurrection des morts.
En effet, de même que tous les hommes meurent en Adam, de même c’est dans le Christ que tous recevront la vie,
mais chacun à son rang : en premier, le Christ, et ensuite, lors du retour du Christ, ceux qui lui appartiennent.
Alors, tout sera achevé, quand le Christ remettra le pouvoir royal à Dieu son Père, après avoir anéanti, parmi les êtres célestes, toute Principauté, toute Souveraineté et Puissance.
Car c’est lui qui doit régner jusqu’au jour où Dieu aura mis sous ses pieds tous ses ennemis.
Et le dernier ennemi qui sera anéanti, c’est la mort,
Et, quand tout sera mis sous le pouvoir du Fils, lui-même se mettra alors sous le pouvoir du Père qui lui aura tout soumis, et ainsi, Dieu sera tout en tous.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 25,31-46.
En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Quand le Fils de l’homme viendra dans sa gloire, et tous les anges avec lui, alors il siégera sur son trône de gloire.
Toutes les nations seront rassemblées devant lui ; il séparera les hommes les uns des autres, comme le berger sépare les brebis des boucs :
il placera les brebis à sa droite, et les boucs à gauche.
Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite : “Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la fondation du monde.
Car j’avais faim, et vous m’avez donné à manger ; j’avais soif, et vous m’avez donné à boire ; j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli ;
j’étais nu, et vous m’avez habillé ; j’étais malade, et vous m’avez visité ; j’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi !”
Alors les justes lui répondront : “Seigneur, quand est-ce que nous t’avons vu… ? tu avais donc faim, et nous t’avons nourri ? tu avais soif, et nous t’avons donné à boire ?
tu étais un étranger, et nous t’avons accueilli ? tu étais nu, et nous t’avons habillé ?
tu étais malade ou en prison… Quand sommes-nous venus jusqu’à toi ?”
Et le Roi leur répondra : “Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait.”
Alors il dira à ceux qui seront à sa gauche : “Allez-vous-en loin de moi, vous les maudits, dans le feu éternel préparé pour le diable et ses anges.
Car j’avais faim, et vous ne m’avez pas donné à manger ; j’avais soif, et vous ne m’avez pas donné à boire ;
j’étais un étranger, et vous ne m’avez pas accueilli ; j’étais nu, et vous ne m’avez pas habillé ; j’étais malade et en prison, et vous ne m’avez pas visité.”
Alors ils répondront, eux aussi : “Seigneur, quand t’avons-nous vu avoir faim, avoir soif, être nu, étranger, malade ou en prison, sans nous mettre à ton service ?”
Il leur répondra : “Amen, je vous le dis : chaque fois que vous ne l’avez pas fait à l’un de ces plus petits, c’est à moi que vous ne l’avez pas fait.”
Et ils s’en iront, ceux-ci au châtiment éternel, et les justes, à la vie éternelle. »
____________________________________________________________________________________
QUE LA FÊTE COMMENCE !

En cette fête du Christ-Roi, le Christ nous invite à être particulièrement attentif et à l’écoute des autres.
Quelle occasion pour notre paroisse, car ce week-end c’est

LA FÊTE DE SAINT-JEAN

Depuis plusieurs semaines, le Comité d’organisation a encouragé les équipes de bénévoles …

– Ceux de « la 1ère heure » qui œuvrent discrètement toute l’année,
– Ceux de « la dernière heure » grâce auxquels chacun vivra joyeusement ces deux jours.

La variété des stands permet à chacun de trouver ses cadeaux de Noël, le service du bar offre une carte sympathique et garantit un accueil chaleureux.

Notre thème, cette année c’est MERCI

– Merci aux bénévoles de la fête
– Merci aux paroissiens et aux fidèles parisiens qui, chaque année, répondent à cette invitation ainsi qu’aux visiteurs occasionnels
– Merci à ceux qui apportent régulièrement de quoi étoffer nos stands (friperie, brocante, livres, jouets, bijoux…)
– Merci à ceux qui fournissent pâtisseries et autres douceurs durant le week-end
– Sans oublier les prêtres de la paroisse sans lesquels cette fête ne pourrait avoir lieu.

Encore M comme Munificence
E comme Ensemble
R comme Rencontres
C comme Chaleur
I comme Initiative

Nous comptons sur votre visite, et votre participation.

VENEZ, « ENTREZ DANS LA DANSE ! »

Le comité de la fête de Saint Jean
________________________________________________________________________________________
Pendant la messe de ce dimanche, Camille et Assia feront une étape sur le chemin de leur baptême et Alice, Milane, Faustine et Gaspard, enfants du catéchisme et de l’aumônerie seront baptisés.

Le dimanche 3 décembre, les parents qui préparent le baptême de leur enfant et les fiancés se préparant au mariage se retrouvent pour une journée de formation commune.

Le même dimanche 3 décembre au Martyrium (rue Yvonne Le Tac) messe à 18h30 (en lien avec la fête de Saint François Xavier).

Noël approche !
Le Conseil paroissial propose de mener une réflexion sur les textes de la Parole lus pendant les dimanches de l’Avent et sur la prière du Notre Père.
Il sera possible de participer à cette démarche soit individuellement, soit dans le cadre de groupes de partage. Le fruit des méditations et des partages sera lu comme prière à la messe dominicale.
Nous espérons que vous serez nombreux à répondre à cette invitation !
Les partages auront lieu le mardi soir de 20h30 à 22h à la chapelle (entrée par l’église) à partir du mardi 28 novembre. Vous pourrez y participer, en fonction de vos disponibilités.

La prière du Notre Père
Le 3 décembre 2017, le premier dimanche de l’Avent, une nouvelle traduction du Notre-Père entrera en vigueur dans toute forme de liturgie. Les fidèles catholiques ne diront plus désormais : « Ne nous soumets pas à la tentation » mais « Ne nous laisse pas entrer en tentation ».
Cette nouvelle traduction se veut plus précise, plus juste, pour mieux nourrir la prière de tous. Cela ne veut pas dire que la précédente était fausse. Celle-ci est plus en harmonie avec le sens commun qui veut que « Dieu ne peut être tenté de faire le mal, ni ne tente personne » (Jc 1, 13). C’est en effet Lui Seul qui nous donne la force de ne pas succomber au Mal, de ne pas refuser la vie et l’amour qu’Il nous offre.
La grâce, la faveur dont nous sommes l’objet, ravive en nos cœurs et en nos mémoires la merveille des dons de Dieu afin que nous ne succombions pas à l’oubli. C’est en effet en cela que réside l’ultime tentation : refuser d’accueillir les dons de Dieu, oubliant de confesser qu’ils viennent de sa main. Ensemble, en prenant garde à ne pas le faire mécaniquement, nous avons la grâce de prier, les uns avec les autres, les uns pour les autres, pour que vive toujours en nos cœurs la prière de Jésus-Christ.

Ce dimanche célébrations des baptêmes de Zélie, Alice, Milane, Faustine et Gaspard.
Dans notre église ont eu lieu les obsèques de MM Claude PERRUGIA et René MOTTIS

Share