Dimanche 2 Décembre 2017
Veillez et priez !

Livre d’Isaïe 63,16b-17.19b.64,2b-7.
Pourtant, c’est toi notre père ! Abraham ne nous connaît pas, Israël ne nous reconnaît pas. C’est toi, Seigneur, notre père ; « Notre-rédempteur-depuis-toujours », tel est ton nom.
Pourquoi, Seigneur, nous laisses-tu errer hors de tes chemins ? Pourquoi laisser nos cœurs s’endurcir et ne plus te craindre ? Reviens, à cause de tes serviteurs, des tribus de ton héritage.
Nous sommes comme des gens que tu n’aurais jamais gouvernés, sur lesquels ton nom n’est pas invoqué. Ah ! Si tu déchirais les cieux, si tu descendais, les montagnes seraient ébranlées devant ta face,
quand tu ferais des prodiges terrifiants que nous n’espérons plus. Voici que tu es descendu : les montagnes furent ébranlées devant ta face.
Jamais on n’a entendu, jamais on n’a ouï dire, nul œil n’a jamais vu un autre dieu que toi agir ainsi pour celui qui l’attend.
Tu viens rencontrer celui qui pratique avec joie la justice, qui se souvient de toi en suivant tes chemins. Tu étais irrité, mais nous avons encore péché, et nous nous sommes égarés.
Tous, nous étions comme des gens impurs, et tous nos actes justes n’étaient que linges souillés. Tous, nous étions desséchés comme des feuilles, et nos fautes, comme le vent, nous emportaient.
Personne n’invoque plus ton nom, nul ne se réveille pour prendre appui sur toi. Car tu nous as caché ton visage, tu nous as livrés au pouvoir de nos fautes.
Mais maintenant, Seigneur, c’est toi notre père. Nous sommes l’argile, c’est toi qui nous façonnes : nous sommes tous l’ouvrage de ta main.

Psaume 80(79),2-3bc.15-16a.18-19.
Berger d’Israël, écoute,
toi qui conduis Joseph, ton troupeau :
resplendis au-dessus des Kéroubim,
Réveille ta vaillance

et viens nous sauver.
Dieu de l’univers reviens !
Du haut des cieux, regarde et vois :
visite cette vigne, protège-la,

celle qu’a plantée ta main puissante.
Que ta main soutienne ton protégé,
le fils de l’homme qui te doit sa force.
Jamais plus nous n’irons loin de toi :

fais-nous vivre et invoquer ton nom !

Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 1,3-9.
À vous, la grâce et la paix, de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus Christ.
Je ne cesse de rendre grâce à Dieu à votre sujet, pour la grâce qu’il vous a donnée dans le Christ Jésus ;
en lui vous avez reçu toutes les richesses, toutes celles de la parole et de la connaissance de Dieu.
Car le témoignage rendu au Christ s’est établi fermement parmi vous.
Ainsi, aucun don de grâce ne vous manque, à vous qui attendez de voir se révéler notre Seigneur Jésus Christ.
C’est lui qui vous fera tenir fermement jusqu’au bout, et vous serez sans reproche au jour de notre Seigneur Jésus Christ.
Car Dieu est fidèle, lui qui vous a appelés à vivre en communion avec son Fils, Jésus Christ notre Seigneur.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 13,33-37.
Prenez garde, restez éveillés : car vous ne savez pas quand ce sera le moment.
C’est comme un homme parti en voyage : en quittant sa maison, il a donné tout pouvoir à ses serviteurs, fixé à chacun son travail, et demandé au portier de veiller.
Veillez donc, car vous ne savez pas quand vient le maître de la maison, le soir ou à minuit, au chant du coq ou le matin ;
s’il arrive à l’improviste, il ne faudrait pas qu’il vous trouve endormis.
Ce que je vous dis là, je le dis à tous : Veillez ! »


Veillez et priez !

Comme un double impératif qui peut spécialement résonner durant toute cette période de l’Avent. Car l’état de veille nous rend actifs, sensibles aux besoins, aux joies et aux cris de notre monde, dès notre quartier jusqu’aux extrémités de la terre. Il veut sans cesse nous remettre devant la réalité du moment, visitée par la présence de Dieu et sa volonté d’édifier, de sanctifier.

En lien avec l’état de veille, nous recevons ce dimanche une nouvelle manière de proclamer la prière du Notre Père. Une grâce à prendre en main, dans le cœur, dans l’intelligence, pour nous réapproprier ce trésor confié par Jésus aux fils et aux filles que nous sommes.

Car prier, c’est vouloir travailler au règne de Dieu, à l’écoute de sa volonté et de sa Parole. C’est toujours et encore plus vouloir devenir des enfants, à la lumière du Père des cieux, dont l’amour s’est rendu visible en Jésus, dont les grâces sont tous les jours possibles par la puissance agissante de l’Esprit saint.

Proclamer Dieu comme Père, mon Père et notre Père, c’est vouloir continuer de se laisser façonner, modeler à son Image. Reconnaissance et gratitude si magnifiquement exprimées ce dimanche par la bouche du prophète Isaïe : Nous sommes l’argile, c’est toi qui nous façonnes : nous sommes tous l’ouvrage de ta main.

Que la prière du Notre Père, tous les jours de notre vie, nous fasse entrer dans la joie d’être les enfants bien aimés de Dieu.

Père Olivier Ségui


Ce dimanche, les parents qui préparent le baptême de leur enfant et les fiancés se préparant au mariage se retrouvent pour une journée de formation commune.

Ce même dimanche 3 décembre au Martyrium (rue Yvonne Le Tac) messe à 18h30 (en lien avec la fête de Saint François Xavier).

Prochaine rencontre de l’éveil à la foi le dimanche 10 décembre à 10h15 à l’entrée de l’église.

Adultes jeunes (25-40 ans) :
Rencontrer d’autres jeunes adultes pour échanger sur votre foi ?
C’est possible chaque 3ème dimanche du mois autour d’un petit déjeuner. Le prochain rendez-vous est fixé au dimanche 17 décembre de 9h à 10h25 au 24, rue André Antoine (rue en escalier sur le côté de l’église). Nous réfléchirons sur l’Evangile du jour.
N’hésitez pas, venez voir et invitez autour de vous

Noël approche !
Le Conseil paroissial propose de mener lire ensemble les textes de la Parole des dimanches de l’Avent en lien avec la prière du Notre Père.
Il sera possible de participer à cette démarche individuellement ou dans le cadre de groupes de lecture. Le fruit des partages sera lu comme prière à la messe dominicale.
Nous espérons que vous serez nombreux à répondre à cette invitation !
Ces rencontres auront lieu le mardi soir de 20h30 à 22h à la chapelle (entrée par l’église).
Prochain rendez-vous mardi 5 décembre.

La prière du Notre Père
Aujourd’hui premier dimanche de l’Avent, une nouvelle traduction du Notre-Père entrera en vigueur dans toute forme de liturgie. Les fidèles catholiques ne diront plus désormais :
« Ne nous soumets pas à la tentation » mais « Ne nous laisse pas entrer en tentation ».
Cette nouvelle traduction se veut plus précise, plus juste, pour mieux nourrir la prière de tous. Cela ne veut pas dire que la précédente était fausse. Celle-ci est plus en harmonie avec le sens commun qui veut que « Dieu ne peut être tenté de faire le mal, ni ne tente personne »
(Jc 1, 13). C’est en effet Lui Seul qui nous donne la force de ne pas succomber au Mal, de ne pas refuser la vie et l’amour qu’Il nous offre.
La grâce, la faveur dont nous sommes l’objet, ravive en nos cœurs et en nos mémoires la merveille des dons de Dieu afin que nous ne succombions pas à l’oubli. C’est en effet en cela que réside l’ultime tentation : refuser d’accueillir les dons de Dieu, oubliant de confesser qu’ils viennent de sa main. Ensemble, en prenant garde à ne pas le faire mécaniquement, nous avons la grâce de prier, les uns avec les autres, les uns pour les autres, pour que vive toujours en nos cœurs la prière de Jésus-Christ.

Des nouvelles d’Alexis Bacquet
Il va un petit peu mieux et n’est plus hospitalisé. Il doit bien sûr se reposer, sans doute encore pendant plusieurs semaines. Il est toujours préférable de ne pas l’appeler mais nous lui transmettrons volontiers tous les messages d’amitié que vous souhaitez lui faire parvenir. Vous pouvez glisser une enveloppe à son nom dans la boîte à lettre de la paroisse.

MERCI aux nombreux visiteurs et aux bénévoles qui se sont associés à la Fête de Saint Jean.

Ce dimanche célébrations des baptêmes d’Ariane, Cassius et Léon.

Dans notre église, cette semaine, ont eu lieu les obsèques de M Dominique HALCAREN.

Share