Dimanche 11 mars 2018
Ne laissez personne venir à vous et repartir sans être plus heureux .

Deuxième livre des Chroniques 36,14-16.19-23.
En ces jours-là, tous les chefs des prêtres et du peuple multipliaient les infidélités, en imitant toutes les abominations des nations païennes, et ils profanaient la Maison que le Seigneur avait consacrée à Jérusalem.
Le Seigneur, le Dieu de leurs pères, sans attendre et sans se lasser, leur envoyait des messagers, car il avait pitié de son peuple et de sa Demeure.
Mais eux tournaient en dérision les envoyés de Dieu, méprisaient ses paroles, et se moquaient de ses prophètes ; finalement, il n’y eut plus de remède à la fureur grandissante du Seigneur contre son peuple.
Les Babyloniens brûlèrent la Maison de Dieu, détruisirent le rempart de Jérusalem, incendièrent tous ses palais, et réduisirent à rien tous leurs objets précieux.
Nabucodonosor déporta à Babylone ceux qui avaient échappé au massacre ; ils devinrent les esclaves du roi et de ses fils jusqu’au temps de la domination des Perses.
Ainsi s’accomplit la parole du Seigneur proclamée par Jérémie : « La terre sera dévastée et elle se reposera durant soixante-dix ans, jusqu’à ce qu’elle ait compensé par ce repos tous les sabbats profanés. »
Or, la première année du règne de Cyrus, roi de Perse, pour que soit accomplie la parole du Seigneur proclamée par Jérémie, le Seigneur inspira Cyrus, roi de Perse. Et celui-ci fit publier dans tout son royaume – et même consigner par écrit – :
« Ainsi parle Cyrus, roi de Perse : Le Seigneur, le Dieu du ciel, m’a donné tous les royaumes de la terre ; et il m’a chargé de lui bâtir une maison à Jérusalem, en Juda. Quiconque parmi vous fait partie de son peuple, que le Seigneur son Dieu soit avec lui, et qu’il monte à Jérusalem ! »

Psaume 137(136),1-2.3.4-5.6.
Au bord des fleuves de Babylone
nous étions assis et nous pleurions,
nous souvenant de Sion ;
aux saules des alentours
nous avions pendu nos harpes.

C’est là que nos vainqueurs
nous demandèrent des chansons,
et nos bourreaux, des airs joyeux :
« Chantez-nous, disaient-ils,
quelque chant de Sion. »

Comment chanterions-nous
un chant du Seigneur
sur une terre étrangère ?
Si je t’oublie, Jérusalem,
que ma main droite m’oublie !

Je veux que ma langue
s’attache à mon palais
si je perds ton souvenir,
si je n’élève Jérusalem,
au sommet de ma joie.

Lettre de saint Paul Apôtre aux Éphésiens 2,4-10.
Frères, Dieu est riche en miséricorde ; à cause du grand amour dont il nous a aimés,
nous qui étions des morts par suite de nos fautes, il nous a donné la vie avec le Christ : c’est bien par grâce que vous êtes sauvés.
Avec lui, il nous a ressuscités et il nous a fait siéger aux cieux, dans le Christ Jésus.
Il a voulu ainsi montrer, au long des âges futurs, la richesse surabondante de sa grâce, par sa bonté pour nous dans le Christ Jésus.
C’est bien par la grâce que vous êtes sauvés, et par le moyen de la foi. Cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu.
Cela ne vient pas des actes : personne ne peut en tirer orgueil.
C’est Dieu qui nous a faits, il nous a créés dans le Christ Jésus, en vue de la réalisation d’œuvres bonnes qu’il a préparées d’avance pour que nous les pratiquions.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 3,14-21.
En ce temps-là, Jésus disait à Nicodème : « De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert, ainsi faut-il que le Fils de l’homme soit élevé,
afin qu’en lui tout homme qui croit ait la vie éternelle.
Car Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais obtienne la vie éternelle.
Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé. »
Celui qui croit en lui échappe au Jugement ; celui qui ne croit pas est déjà jugé, du fait qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.
Et le Jugement, le voici : la lumière est venue dans le monde, et les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs œuvres étaient mauvaises.
Celui qui fait le mal déteste la lumière : il ne vient pas à la lumière, de peur que ses œuvres ne soient dénoncées ;
mais celui qui fait la vérité vient à la lumière, pour qu’il soit manifeste que ses œuvres ont été accomplies en union avec Dieu. »


Ne laissez personne venir à vous et repartir sans être plus heureux .

Cette merveilleuse citation de Mère Térésa ne veut pas pour autant dire que l’on y arrive ! Cependant, c’est ce que nous essayons de faire chaque vendredi de l’année au Caféaccueil, qu’il vente, qu’il neige ou qu’il fasse trop chaud. Lieu de vie – même fugace -, lieu de paix – sauf disputes- lieu d’échanges, lieu de repos, lieu de rencontres, lieu de tendresse, lieu d’écoute, cette crypte de Saint-Jean est particulièrement sous la lumière cette semaine. Le café-Accueil est une association qui, au-delà de la boisson chaude, des soupes de légumes, des sandwiches, des parties de cartes ou de scrabble, entend aussi des murmures d’hommes : – C’est la première fois que l’on me fête mon anniversaire ! D. – Ici on joue. Moi je fais simple, le but c’est de jouer ensemble, pas de gagner. B. – J’ai fini de perdre mes dents. G. – Je vous ai apporté des radis du jardin que je squatte. C – Tu sais bien que l’on compte pas les misères ! (au tarot pour ceux qui ne savent pas jouer au tarot). P. – Je me sens attendue parce que j’ai un gobelet à mon prénom. N. – Ça fait longtemps que je n’ai pas écrit. P. – Have a nice week-end. P. – Vous me réveillerez quand il faudra que je parte. C. Passons de l’obscurité à la lumière et soyons tous les lucioles de la volonté du Christ.

L’équipe du Café Accueil

Vos dons en nature peuvent être déposés chaque vendredi au 22 rue André Antoine de 10h30 à 17h30 ou à l’accueil de l’église ; soupes de légumes en sachets (sans pâtes), briques de lait ½ écrémé UHT longue durée, sucre en poudre, chocolat en poudre, kleenex pocket, linge de corps homme (slips, caleçons, chaussettes de couleur foncée), échantillons de produits d’hygiène.

Vos dons en espèces sont déductibles de vos impôts (Rescrit du 27 mai 2014). Chèques à libeller à l’ordre de Café


Communiqué en vue de la «Nuit des Témoins » du vendredi 16 mars 2018 à la Cathédrale Notre Dame de Paris A partir de 20h00, l’Aide à l’Eglise en Détresse organise à la Cathédrale Notre Dame de Paris sous la présidence de Monseigneur Eric de MOULINS-BEAUFORT, Evêque auxiliaire de Paris, la 10ème édition de la « Nuit des Témoins », une veillée de prière pour honorer les martyrs d’aujourd’hui, ces prêtres ou religieuses récemment tués par fidélité au Christ. Site Internet : www.aed-france.org 

Vendredi 16 mars, première rencontre des jeunes lycéens se préparant à la confirmation.

Samedi 17 mars, les enfants se préparant au baptême, accompagnés de leurs parents, se retrouvent.

Adultes jeunes (25-40 ans) : Rencontrer d’autres jeunes adultes pour échanger sur votre foi ? C’est possible chaque 3ème dimanche du mois autour d’un petit déjeuner. Le prochain rendez-vous est fixé au dimanche 18 mars 2018 de 9h à 10h25 au 24, rue André Antoine (rue en escalier sur le côté de l’église). Nous réfléchirons sur l’Évangile du jour. N’hésitez pas, venez voir et invitez autour de vous

Groupe de Lectures Biblique (BEM) : Notre prochaine rencontre nous réunira le mardi 13 mars prochain, 24 rue André Antoine, à 20h30. Toujours conduits par Paul de Tarse, et accompagnés par des textes de l’Ancienne Alliance, de Charles Péguy (Le petite fille Espérance) et de Gabriel Ringlet (Aimez-vous), nous lirons : Genèse 12, 1-3 et 22, 1-8 ; 1 Corinthiens 13, 1-13 ; Éphésiens 2, 19-22 et 4, 4-6. “Vous êtes une demeure de Dieu par l’Esprit”.

Les mardis de l’Écriture. Les 13 et 20 mars, de 19h à 20h, nous nous retrouverons dans la chapelle pour méditer les textes des dimanches de carême et contempler les tableaux qu’ils ont inspirés à de grands artistes. Ce sera l’occasion de nous préparer, comme une bonne terre, à recevoir la Parole durant la messe du dimanche. Vous êtes tous cordialement invités, quel que soit votre âge !

Vivez le Carême en musique ! Le mercredi 14 mars à 20h30, un concert spirituel d’une heure vous est proposé par Fabien (organiste), Nicolas et Maximilien (animateurs de chant). Autour du Stabat Mater de Marc-Antoine Charpentier et de textes choisis, nous suivrons la figure de Marie, mère douloureuse. Venez nombreux !

 Dans notre église, cette semaine, ont eu lieu les obsèques de M Claude EVENO-VILLERS.

Share