Pentecôte 2018
Être en Esprit

Livre des Actes des Apôtres 2,1-11.
Quand arriva le jour de la Pentecôte, au terme des cinquante jours, ils se trouvaient réunis tous ensemble.
Soudain un bruit survint du ciel comme un violent coup de vent : la maison où ils étaient assis en fut remplie tout entière.
Alors leur apparurent des langues qu’on aurait dites de feu, qui se partageaient, et il s’en posa une sur chacun d’eux.
Tous furent remplis d’Esprit Saint : ils se mirent à parler en d’autres langues, et chacun s’exprimait selon le don de l’Esprit.
Or, il y avait, résidant à Jérusalem, des Juifs religieux, venant de toutes les nations sous le ciel.
Lorsque ceux-ci entendirent la voix qui retentissait, ils se rassemblèrent en foule. Ils étaient en pleine confusion parce que chacun d’eux entendait dans son propre dialecte ceux qui parlaient.
Dans la stupéfaction et l’émerveillement, ils disaient : « Ces gens qui parlent ne sont-ils pas tous Galiléens ?
Comment se fait-il que chacun de nous les entende dans son propre dialecte, sa langue maternelle ?
Parthes, Mèdes et Élamites, habitants de la Mésopotamie, de la Judée et de la Cappadoce, de la province du Pont et de celle d’Asie,
de la Phrygie et de la Pamphylie, de l’Égypte et des contrées de Libye proches de Cyrène, Romains de passage,
Juifs de naissance et convertis, Crétois et Arabes, tous nous les entendons parler dans nos langues des merveilles de Dieu. »

Psaume 104(103),1-2a.24.35c.27-28.29bc.30.
Bénis le Seigneur, ô mon âme ;
Seigneur mon Dieu, tu es si grand !
Revêtu de magnificence,
tu as pour manteau la lumière !

Quelle profusion dans tes œuvres, Seigneur !
Tout cela, ta sagesse l’a fait ;
la terre s’emplit de tes biens.
Bénis le Seigneur, ô mon âme !

Tous, ils comptent sur toi
pour recevoir leur nourriture au temps voulu.
Tu donnes : eux, ils ramassent ;
tu ouvres la main : ils sont comblés.

Tu reprends leur souffle, ils expirent
et retournent à leur poussière.
Tu envoies ton souffle : ils sont créés ;
tu renouvelles la face de la terre.

Lettre de saint Paul Apôtre aux Galates 5,16-25.
Frères, je vous le dis : marchez sous la conduite de l’Esprit Saint, et vous ne risquerez pas de satisfaire les convoitises de la chair.
Car les tendances de la chair s’opposent à l’Esprit, et les tendances de l’Esprit s’opposent à la chair. En effet, il y a là un affrontement qui vous empêche de faire tout ce que vous voudriez.
Mais si vous vous laissez conduire par l’Esprit, vous n’êtes pas soumis à la Loi.
On sait bien à quelles actions mène la chair : inconduite, impureté, débauche,
idolâtrie, sorcellerie, haines, rivalité, jalousie, emportements, intrigues, divisions, sectarisme,
envie, beuveries, orgies et autres choses du même genre. Je vous préviens, comme je l’ai déjà fait : ceux qui commettent de telles actions ne recevront pas en héritage le royaume de Dieu.
Mais voici le fruit de l’Esprit : amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, fidélité,
douceur et maîtrise de soi. En ces domaines, la Loi n’intervient pas.
Ceux qui sont au Christ Jésus ont crucifié en eux la chair, avec ses passions et ses convoitises.
Puisque l’Esprit nous fait vivre, marchons sous la conduite de l’Esprit.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 15,26-27.16,12-15.
En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Quand viendra le Défenseur, que je vous enverrai d’auprès du Père, lui, l’Esprit de vérité qui procède du Père, il rendra témoignage en ma faveur.
Et vous aussi, vous allez rendre témoignage, car vous êtes avec moi depuis le commencement.
J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais pour l’instant vous ne pouvez pas les porter.
Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans la vérité tout entière. En effet, ce qu’il dira ne viendra pas de lui-même : mais ce qu’il aura entendu, il le dira ; et ce qui va venir, il vous le fera connaître.
Lui me glorifiera, car il recevra ce qui vient de moi pour vous le faire connaître.
Tout ce que possède le Père est à moi ; voilà pourquoi je vous ai dit : L’Esprit reçoit ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. »
****************************
Viens Esprit Saint en nos cœurs

Comme un jour de Pentecôte, l’Esprit ne demande qu’à venir du haut du ciel, comme un rayon de la lumière divine, comme l’hôte très doux de nos âmes. Il est la promesse de Jésus à son Église et au monde.

Comme un jour de Pentecôte, des chrétiens se rassemblent, du monde entier, ils se réunissent pour se mettre à l’unisson de Dieu. Alors qu’ils vivent parfois en eux et entre eux les divisions les plus sauvages et dramatiques, ils posent les armes pour s’ouvrir à la grâce de l’Esprit.

Comme un jour de Pentecôte, un bruit survient on ne sait d’où, comme un vent qui va on ne sait où. Une brise légère témoigne de la présence d’un Autre, encore incertains que nous sommes de reconnaître en un infime la présence de l’Absolu.

Comme un jour de Pentecôte, un feu se répand, qui réchauffe ce qui était froid, qui assouplit les raideurs de la veille. Encore imperceptible dans ses formes, ce feu se diffuse patiemment et certainement sur les personnes réunies, une par une, flamme par flamme.

Comme un jour de Pentecôte, l’Esprit saint s’est révélé : il fait parler, il donne vie par la Parole désormais audible dans toutes les langues, pour toutes la nation. Car chacun s’exprime selon le don de l’Esprit. Et toute expression humaine peut devenir signe du Ressuscité.

Comme un jour de Pentecôte, le bruit devenu Esprit attire à lui, comme un bon feu fait se rassembler ceux qui ont froid ou ceux qui sont perdus dans la nuit. Il met en confusion en même temps qu’il émerveille : il est un bouleversement si ténu et si puissant. Comme un jaillissement de vie nouvelle remplit un corps chétif, malade ou désespéré.

Comme un jour de Pentecôte, le passage de l’Esprit saint rend témoignage de la présence du Père au milieu de son peuple. Il constitue une telle traversée qu’il change tout : de la confusion première, la dimension qui domine maintenant, c’est l’émerveillement et cette capacité rendue à tout homme de louer Dieu pour ses merveilles.

C’est aujourd’hui ce jour de Pentecôte, c’est maintenant l’heure de la grâce.

P. Olivier Ségui

**********************
Marie, Mère de l’Église
“La joyeuse vénération dédiée à la Mère de Dieu dans l’Église contemporaine, à la lumière de la réflexion sur le mystère du Christ et sur sa propre nature, ne pouvait pas oublier cette figure de Femme (cf. Gal 4, 4), la Vierge Marie, qui est à la fois Mère du Christ et Mère de l’Église.
La Mère en effet, qui était près de la croix (Jn 19, 25), accepta le testament d’amour de son Fils et accueillit tous les hommes, personnifiés par le disciple bien-aimé, comme les enfants qui doivent renaître à la vie divine, devenant ainsi la tendre mère de l’Eglise que le Christ a générée sur la croix, quand il rendait l’Esprit. A son tour, dans le disciple bien-aimé, le Christ choisit tous les disciples comme vicaires de son amour envers la Mère, la leur confiant afin qu’ils l’accueillent avec affection filiale.
Guide prévoyante de l’Église naissante, Marie a donc commencé sa propre mission maternelle déjà au cénacle, priant avec les Apôtres dans l’attente de la venue de l’Esprit Saint (cf. Ac 1,14).
Le Pape François a décidé que la mémoire de la bienheureuse Vierge Marie, Mère de l’Église, soit inscrite dans le Calendrier Romain le lundi de la Pentecôte, et célébrée chaque année. Cette célébration nous aidera à nous rappeler que la vie chrétienne, pour croître, doit être ancrée au mystère de la Croix, à l’oblation du Christ dans le banquet eucharistique et à la Vierge offrante, Mère du Rédempteur et de tous les rachetés.”
Ce lundi de Pentecôte à Saint Jean de Montmartre une messe en cette mémoire sera célébrée à 19h00.
≈≈≈≈≈≈≈≈

Du nouveau au presbytère : à partir de septembre prochain une nouvelle organisation ; un couple accompagnateur, une charte et des étudiants souhaitant vivre plus en lien avec la communauté paroissiale.
Plus d’informations dans le tract joint.
≈≈≈≈≈≈≈≈

Concert Stabat Mater Pergolèse à Saint Jean le lundi 21 mai à 16h30 par l’ensemble Sylène (Blandine Bernard).

≈≈≈≈≈≈≈≈

Bioéthique : comprendre les enjeux de la révision des lois
Conférences ; le mercredi 23 mai au Saint Esprit (Paris 12°)
Le mardi 12 juin à Saint Laurent (Paris 10°)
Le mercredi 13 juin à Saint Sulpice (Paris 6°)
En présence de Monseigneur Michel Aupetit.

****************

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *