Dimanche 30 Septembre
Reconnaître la dignité de la procréation et s’engager pour la fraternité

Livre des Nombres 11,25-29.

En ces jours-là, le Seigneur descendit dans la nuée pour parler avec Moïse. Il prit une part de l’esprit qui reposait sur celui-ci, et le mit sur les soixante-dix anciens. Dès que l’esprit reposa sur eux, ils se mirent à prophétiser, mais cela ne dura pas.
Or, deux hommes étaient restés dans le camp ; l’un s’appelait Eldad, et l’autre Médad. L’esprit reposa sur eux ; eux aussi avaient été choisis, mais ils ne s’étaient pas rendus à la Tente, et c’est dans le camp qu’ils se mirent à prophétiser.
Un jeune homme courut annoncer à Moïse : « Eldad et Médad prophétisent dans le camp ! »
Josué, fils de Noun, auxiliaire de Moïse depuis sa jeunesse, prit la parole : « Moïse, mon maître, arrête-les ! »
Mais Moïse lui dit : « Serais-tu jaloux pour moi ? Ah ! Si le Seigneur pouvait faire de tout son peuple un peuple de prophètes ! Si le Seigneur pouvait mettre son esprit sur eux ! »

Psaume 19(18),8.10.12-13.14.

La loi du Seigneur est parfaite,
qui redonne vie ;
la charte du Seigneur est sûre,
qui rend sages les simples.

La crainte qu’il inspire est pure,
elle est là pour toujours ;
les décisions du Seigneur sont justes
et vraiment équitables :

Aussi ton serviteur en est illuminé ;
à les garder, il trouve son profit.
Qui peut discerner ses erreurs ?
Purifie-moi de celles qui m’échappent.

Préserve aussi ton serviteur de l’orgueil :
qu’il n’ait sur moi aucune emprise.
Alors je serai sans reproche,
pur d’un grand péché.

Lettre de saint Jacques 5,1-6.

Vous autres, maintenant, les riches ! Pleurez, lamentez-vous sur les malheurs qui vous attendent.
Vos richesses sont pourries, vos vêtements sont mangés des mites,
votre or et votre argent sont rouillés. Cette rouille sera un témoignage contre vous, elle dévorera votre chair comme un feu. Vous avez amassé des richesses, alors que nous sommes dans les derniers jours !
Le salaire dont vous avez frustré les ouvriers qui ont moissonné vos champs, le voici qui crie, et les clameurs des moissonneurs sont parvenues aux oreilles du Seigneur de l’univers.
Vous avez mené sur terre une vie de luxe et de délices, et vous vous êtes rassasiés au jour du massacre.
Vous avez condamné le juste et vous l’avez tué, sans qu’il vous oppose de résistance.

Evangile de Jésus-Christ selon saint Marc 9,38-43.45.47-48.

En ce temps-là, Jean, l’un des Douze, disait à Jésus : « Maître, nous avons vu quelqu’un expulser les démons en ton nom ; nous l’en avons empêché, car il n’est pas de ceux qui nous suivent. »
Jésus répondit : « Ne l’en empêchez pas, car celui qui fait un miracle en mon nom ne peut pas, aussitôt après, mal parler de moi ;
celui qui n’est pas contre nous est pour nous. »
Et celui qui vous donnera un verre d’eau au nom de votre appartenance au Christ, amen, je vous le dis, il ne restera pas sans récompense.
« Celui qui est un scandale, une occasion de chute, pour un seul de ces petits qui croient en moi, mieux vaudrait pour lui qu’on lui attache au cou une de ces meules que tournent les ânes, et qu’on le jette à la mer.
Et si ta main est pour toi une occasion de chute, coupe-la. Mieux vaut pour toi entrer manchot dans la vie éternelle que de t’en aller dans la géhenne avec tes deux mains, là où le feu ne s’éteint pas.
Si ton pied est pour toi une occasion de chute, coupe-le. Mieux vaut pour toi entrer estropié dans la vie éternelle que de t’en aller dans la géhenne avec tes deux pieds.
Si ton œil est pour toi une occasion de chute, arrache-le. Mieux vaut pour toi entrer borgne dans le royaume de Dieu que de t’en aller dans la géhenne avec tes deux yeux,
là où le ver ne meurt pas et où le feu ne s’éteint pas.
 

Reconnaître la dignité de la procréation et s’engager pour la fraternité

Les évêques de France offrent leur contribution au débat sur la régulation juridique des techniques d’assistance médicale à la procréation. Ils cherchent à expliciter la dignité de la procréation, qui est indissociable de la dignité inviolable et inaliénable de tout être humain. Ils soulignent que la personne vulnérable est la pierre d’angle de l’éthique.

Les évêques de France se sont exprimés sur la fin de vie, en déclarant : « Oui à l’urgence de la fraternité ! » Ils élargissent maintenant leur réflexion à toutes les étapes de l’existence. Ils écrivent : « La fraternité est indissociable de la dignité : elle demande d’honorer la dignité des autres par la reconnaissance mutuelle et par la participation à la réflexion et à l’action, qui doivent, autant que possible, conditionner l’exercice de la solidarité. » La fraternité fonde notre pacte social et politique.

Les évêques de France encouragent le dialogue grâce auquel les arguments éthiques sont présentés avec sérénité afin que la voie la meilleure soit cherchée par tous. Il s’agit en effet de promouvoir la fraternité qui nous rassemble tous dans le respect de la dignité de l’être humain et de la procréation.

La Déclaration La dignité de la procréation est le fruit d’un travail pour lequel plusieurs expertises ont été sollicitées. Elle prend en compte sur les principes éthiques et juridiques fondamentaux du « modèle français de bioéthique », rappelés par le Conseil d’État. Elle est attentive à des expressions de citoyens formulées au cours des États généraux de la bioéthique.

Les évêques de France ont tenu à la signer ensemble. Ils sont convaincus que la bioéthique fait plus que jamais appel à l’attention d’un regard posé sur la personne sexuée : regard sur son mystère, sa transcendance, ses liens par lesquels elle vient au monde, sur ses relations grâce auxquelles elle peut y vivre de manière vraiment humaine. De la qualité de ce regard dépend un juste usage de la technique, soucieux de ne porter atteinte ni à la dignité des êtres humains ni à la fraternité qui a vocation à les rassembler. Elle est offerte pour entrer dans le dialogue.

 Mgr Pierre d’Ornellas, Archevêque de Rennes


Responsable du Groupe de travail sur la bioéthique au sein de la Conférence des évêques de France.


Eveil à la foi pour les enfants de 4 à 7 ans accompagnés de leurs parents, rencontres les dimanches matin. Première rencontre dimanche 7 octobre à 10h15, rendez-vous dans l’église.

 Groupe de lectures bibliques (BEM) : Nos rencontres reprennent 6 JEUDIS pour la période 2018-2019. Nous nous retrouverons pour la première fois le jeudi 18 octobre, à 20h30, 24 rue André Antoine. Parlez-en autour de vous.   Cette année, nous tenterons de travailler la question suivante : “Comment les textes de l’Ancien Testament inspirent-ils en profondeur les écrits du Nouveau Testament ? Les prophètes ont-ils prévu ce qui allait se passer bien des siècles plus tard en la personne d’un certain Jésus ? Comment les écrivains du Nouveau Testament ont-ils choisi les passages de la bible juive qui fourmillent dans ces écrits ?”. Nous tenterons aussi de pénétrer le sens de bien des symboles qui parcourent ces écrits dans de très anciennes cultures, sens qui nous échappent bien souvent … Dans notre première rencontre, nous commencerons par un extrait de la Passion en Matthieu (Mt 27, 27-50).

L’accueil des migrants, reprend à Saint Jean. Nous cherchons des bénévoles prêts à se former pour renforcer l’équipe d’accueil et les cours de Français Langue Etrangère. Nous organisons une rencontre entre bénévoles pour structurer notre action ce mercredi 3 octobre afin de démarrer la semaine suivante, ces 2 pôles auprès des migrants. Ceux qui veulent être bénévoles sont donc invités à cet échange constructif.

Rencontre des bénévoles Accueil migrants : mercredi 3 octobre de 10h à 12h30.

Rencontre des bénévoles Alpha Fle : mercredi 3 octobre de 14h à 16h30.

Des feuillets seront distribués à la sortie de la messe pour ceux qui veulent rejoindre les équipes.

 

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *