Dimanche 18 Novembre 2018
Recherche stabilité (dés)espérément

Livre de Daniel 12,1-3.

En ce temps-là se lèvera Michel, le chef des anges, celui qui se tient auprès des fils de ton peuple. Car ce sera un temps de détresse comme il n’y en a jamais eu depuis que les nations existent, jusqu’à ce temps-ci. Mais en ce temps-ci, ton peuple sera délivré, tous ceux qui se trouveront inscrits dans le Livre.
Beaucoup de gens qui dormaient dans la poussière de la terre s’éveilleront, les uns pour la vie éternelle, les autres pour la honte et la déchéance éternelles.
Ceux qui ont l’intelligence resplendiront comme la splendeur du firmament, et ceux qui sont des maîtres de justice pour la multitude brilleront comme les étoiles pour toujours et à jamais.

Psaume 16(15),5.8.9-10.11.

Seigneur, mon partage et ma coupe :
de toi dépend mon sort. »
Je garde le Seigneur devant moi sans relâche ;
il est à ma droite : je suis inébranlable.
 Mon cœur exulte, mon âme est en fête,
ma chair elle-même repose en confiance :
tu ne peux m’abandonner à la mort
ni laisser ton ami voir la corruption.
 Tu m’apprends le chemin de la vie :
devant ta face, débordement de joie !
À ta droite, éternité de délices !

Lettre aux Hébreux 10,11-14.18.

Dans l’ancienne Alliance, tout prêtre, chaque jour, se tenait debout dans le Lieu saint pour le service liturgique, et il offrait à maintes reprises les mêmes sacrifices, qui ne peuvent jamais enlever les péchés.
Jésus Christ, au contraire, après avoir offert pour les péchés un unique sacrifice, s’est assis pour toujours à la droite de Dieu.
Il attend désormais que ses ennemis soient mis sous ses pieds.
Par son unique offrande, il a mené pour toujours à leur perfection ceux qu’il sanctifie.
Or, quand le pardon est accordé, on n’offre plus le sacrifice pour le péché.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 13,24-32.

En ces jours-là, après une pareille détresse, le soleil s’obscurcira et la lune ne donnera plus sa clarté ;
les étoiles tomberont du ciel, et les puissances célestes seront ébranlées.
Alors on verra le Fils de l’homme venir dans les nuées avec grande puissance et avec gloire.
Il enverra les anges pour rassembler les élus des quatre coins du monde, depuis l’extrémité de la terre jusqu’à l’extrémité du ciel.
Laissez-vous instruire par la comparaison du figuier : dès que ses branches deviennent tendres et que sortent les feuilles, vous savez que l’été est proche.
De même, vous aussi, lorsque vous verrez arriver cela, sachez que le Fils de l’homme est proche, à votre porte.
Amen, je vous le dis : cette génération ne passera pas avant que tout cela n’arrive.
Le ciel et la terre passeront, mes paroles ne passeront pas.
Quant à ce jour et à cette heure-là, nul ne les connaît, pas même les anges dans le ciel, pas même le Fils, mais seulement le Père.
 

Recherche stabilité (dés)espérément

La fin de l’année liturgique s’annonce et ça se sent ! Car ce temps se veut être une ouverture à la venue définitive du Sauveur. Quelques bribes de l’écriture en témoignent :

Chez le prophète Daniel par exemple : Ce sera un temps de détresse comme il n’y en a jamais eu…

Ou encore dans l’évangile de ce jour : En ces jours-là, après une grande détresse, le soleil s’obscurcira et la lune ne donnera plus sa clarté, les étoiles tomberont du ciel, et les puissances célestes seront ébranlées…

De quoi effrayer toute une planète en manque d’assises et de discernement écologique et spirituel. Tout fout le camp ma bonne dame, dit le bruit de la rue.

Parce que si toutes ces prédictions s’avèrent vraies telles que décrites, alors que reste-t-il ? Que restera-t-il ? Que promet-on : les ténèbres, les chutes et l’agitation indistincte et illimitée ?

Et que fait Dieu au cœur des détresses, les plus petites et les plus grandes ? Les présentes et les passées ? Celles qui nous mettent à bas et celles desquelles nous parvenons à nous relever ?

Au milieu des agitations du monde et des détresses, Dieu se promet lui-même. Il se compromet avec sa création, et ce depuis le commencement. S’il y a des destructions dans son œuvre, son joyau et son cœur sont préservés. Jésus s’annonce comme le centre de l’humanité. Il ne peut pas l’abandonner (Tu ne peux m’abandonner à la mort, dit le Psaume). L’annonce de sa venue au milieu des turpitudes désastreuses du monde constitue l’élément fixe, indéboulonnable, indéfectible de l’édifice terrestre et céleste. Détruisez tout, dit-il, et je reconstruirai… en trois jours !

Nos déstabilisations multiples, héritées de nos situations et contextes, trouvent en Lui leur point d’ancrage et de stabilité. Alors tout peut advenir : rien, jamais ne nous séparera de Toi.

Et il en est de même avec tout ce que nous entendons : les paroles, bruissements, élucubrations… Tout cela disparaîtra. Mais ta parole, Seigneur, éternelle, purement terrestre et divinement céleste, ne passera pas. C’est sur sa Parole que nous pouvons appuyer petits et grands moments de nos vies. C’est sur elle que nous pouvons compter lorsque les temps nous paraissent, et le sont vraiment, difficiles, parfois intenables. Nos jours tiennent et se dirigent grâce à la Parole de promesse donnée depuis l’origine jusqu’au terme. Celle-là ne s’épuise pas et ne s’éteindra jamais.  

Je garde le Seigneur devant moi sans relâche ; il est à ma droite : je suis inébranlable.

 Père Olivier Ségui


Journées Mondiales des Pauvres

Dimanche 18 novembre : ” Rassemblement diocésain ».

 A la paroisse Saint Eustache. 11h : Messe présidée par Mgr Aupetit suivie d’un banquet festif dans l’église.

Comme l’an dernier la collecte du Secours Catholique a lieu les 17 et 18 novembre, dates de la Journée des Pauvres, instituée par le pape François. En ces temps difficiles où la pauvreté impacte tant de gens, le Secours Catholique veut accompagner les plus pauvres et cheminer avec eux. Pour cela, nous avons besoin de vous, de fonds certes mais de bénévoles aussi. Venez marcher avec nous !

Après avoir marché sur les pas de Saint Denis, les jeunes confirmands rencontreront Monseigneur Philippe Marsset qui viendra célébrer la Confirmation dimanche 27 janvier prochain. Une occasion pour faire connaissance et se réjouir de leur motivation ; une occasion pour rencontrer leurs parents et se réjouir de leur engagement.

La fête de Saint Jean se déroulera le samedi 24 novembre de 10h à 18h et le dimanche 25 novembre de 11h30 à 18h.

Mardi et samedi de l’Avent « Restez éveillés et priez en tout temps », recommande Jésus dans l’Evangile du 1er dimanche de l’Avent.

Pendant l’Avent, l’équipe de liturgie vous propose un nouveau rendez-vous chaque samedi à 18h, avant la messe (1er, 8, 15, 22 décembre). Aidés par la musique, nous méditerons avec Marie et les Prophètes sur le chemin de l’attente : lectures, silence, chant du Magnificat. Un temps de pause pour se préparer à accueillir Noël !

Pour nous y aider, le Conseil Pastoral propose trois soirées d’initiation à une lecture priante de la Parole de Dieu. Nous partirons de l’Evangile du dimanche suivant. Après un court temps d’enseignement, chacun mettra en pratique cette lecture qui devient méditation. La rencontre se terminera par une prière commune. Une belle manière de se préparer ensemble à la fête de Noël ! Ces soirées se tiendront de 20h à 21h dans l’église, à la chapelle, à droite du chœur, les mardi 4 décembre, 11 décembre et 18 décembre. Venez nombreux !

Dans notre église ont eu lieu cette semaine les obsèques de Marie-Hélène SCHREIBER.

 


Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *