Dimanche 1er Mars
Nous sommes entrés dans le Carême

Livre de la Genèse 2,7-9.3,1-7a.

Le Seigneur Dieu modela l’homme avec la poussière tirée du sol ; il insuffla dans ses narines le souffle de vie, et l’homme devint un être vivant.
Le Seigneur Dieu planta un jardin en Éden, à l’orient, et y plaça l’homme qu’il avait modelé.
Le Seigneur Dieu fit pousser du sol toutes sortes d’arbres à l’aspect désirable et aux fruits savoureux ; il y avait aussi l’arbre de vie au milieu du jardin, et l’arbre de la connaissance du bien et du mal.
Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs que le Seigneur Dieu avait faits. Il dit à la femme : « Alors, Dieu vous a vraiment dit : “Vous ne mangerez d’aucun arbre du jardin” ? »
La femme répondit au serpent : « Nous mangeons les fruits des arbres du jardin.
Mais, pour le fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : “Vous n’en mangerez pas, vous n’y toucherez pas, sinon vous mourrez.” »
Le serpent dit à la femme : « Pas du tout ! Vous ne mourrez pas !
Mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal. »
La femme s’aperçut que le fruit de l’arbre devait être savoureux, qu’il était agréable à regarder et qu’il était désirable, cet arbre, puisqu’il donnait l’intelligence. Elle prit de son fruit, et en mangea. Elle en donna aussi à son mari, et il en mangea.
Alors leurs yeux à tous deux s’ouvrirent et ils se rendirent compte qu’ils étaient nus.

Psaume 51(50),3-4.5-6ab.12-13.14.17.

Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour,
selon ta grande miséricorde, efface mon péché.
Lave moi tout entier de ma faute,
purifie-moi de mon offense.

Oui, je connais mon péché,
ma faute est toujours devant moi.
Contre toi, et toi seul, j’ai péché,
ce qui est mal à tes yeux, je l’ai fait.

Crée en moi un cœur pur, ô mon Dieu,
renouvelle et raffermis au fond de moi mon esprit.
Ne me chasse pas loin de ta face,
ne me reprends pas ton esprit saint.

Rends-moi la joie d’être sauvé ;
que l’esprit généreux me soutienne.
Seigneur, ouvre mes lèvres,
et ma bouche annoncera ta louange.

Lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 5,12-19.

Frères, nous savons que par un seul homme, le péché est entré dans le monde, et que par le péché est venue la mort ; et ainsi, la mort est passée en tous les hommes, étant donné que tous ont péché.
Avant la loi de Moïse, le péché était déjà dans le monde, mais le péché ne peut être imputé à personne tant qu’il n’y a pas de loi.
Pourtant, depuis Adam jusqu’à Moïse, la mort a établi son règne, même sur ceux qui n’avaient pas péché par une transgression semblable à celle d’Adam. Or, Adam préfigure celui qui devait venir.
Mais il n’en va pas du don gratuit comme de la faute. En effet, si la mort a frappé la multitude par la faute d’un seul, combien plus la grâce de Dieu s’est-elle répandue en abondance sur la multitude, cette grâce qui est donnée en un seul homme, Jésus Christ.
Le don de Dieu et les conséquences du péché d’un seul n’ont pas la même mesure non plus : d’une part, en effet, pour la faute d’un seul, le jugement a conduit à la condamnation ; d’autre part, pour une multitude de fautes, le don gratuit de Dieu conduit à la justification.
Si, en effet, à cause d’un seul homme, par la faute d’un seul, la mort a établi son règne, combien plus, à cause de Jésus Christ et de lui seul, régneront-ils dans la vie, ceux qui reçoivent en abondance le don de la grâce qui les rend justes.
Bref, de même que la faute commise par un seul a conduit tous les hommes à la condamnation, de même l’accomplissement de la justice par un seul a conduit tous les hommes à la justification qui donne la vie.
En effet, de même que par la désobéissance d’un seul être humain la multitude a été rendue pécheresse, de même par l’obéissance d’un seul la multitude sera-t-elle rendue juste.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 4,1-11.

En ce temps-là, Jésus fut conduit au désert par l’Esprit pour être tenté par le diable.
Après avoir jeûné quarante jours et quarante nuits, il eut faim.
Le tentateur s’approcha et lui dit : « Si tu es Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains. »
Mais Jésus répondit : « Il est écrit : ‘L’homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu.’ »
Alors le diable l’emmène à la Ville sainte, le place au sommet du Temple
et lui dit : « Si tu es Fils de Dieu, jette-toi en bas ; car il est écrit : ‘Il donnera pour toi des ordres à ses anges, et : Ils te porteront sur leurs mains, de peur que ton pied ne heurte une pierre.’ »
Jésus lui déclara : « Il est encore écrit : ‘Tu ne mettras pas à l’épreuve le Seigneur ton Dieu.’ »
Le diable l’emmène encore sur une très haute montagne et lui montre tous les royaumes du monde et leur gloire.
Il lui dit : « Tout cela, je te le donnerai, si, tombant à mes pieds, tu te prosternes devant moi. »
Alors, Jésus lui dit : « Arrière, Satan ! car il est écrit : ‘C’est le Seigneur ton Dieu que tu adoreras, à lui seul tu rendras un culte.’ »
Alors le diable le quitte. Et voici que des anges s’approchèrent, et ils le servaient.
 

Nous sommes entrés dans le Carême. 40 jours…..

Et si, plutôt que faire des efforts pour nous débarrasser de ce qui nous conduit au péché, comme nous avons l’habitude de le faire chaque année, l’objectif était d’apprendre à remplir notre cœur de gratitude !

Le carême est un temps de conversion qui nous est donné pour vivre une véritable transformation. Mais se laisser transformer cela prend du temps. Dans sa sagesse, l’Eglise nous enseigne que la dynamique des vertus peut nous y aider. En effet, chaque fois que je pose un acte bon ou mauvais, cet acte s’imprime en moi et peu à peu finit par me « modifier ». Par exemple, à force de poser de petits actes de générosité, cela devient de plus en plus naturel et je finis par devenir généreux.

“Je recommande ce qui suit comme le meilleur jeûne pendant ce Carême…. jeunez d’insatisfaction, d’ingratitude et remplissez-vous de gratitude !” nous conseille le Pape François.

Ainsi, le parcours qui nous est proposé de vivre cette année permet d’apprendre peu à peu, les uns avec les autres, à pratiquer cette vertu et à devenir des personnes qui vivent la gratitude, dans les moments joyeux comme dans les épreuves.

 « Voici ce cœur qui a tant aimé les hommes et qui ne reçoit en retour qu’indifférence et ingratitude » révèle le Christ à Ste Marguerite-Marie, au XVIIe siècle. 

Est-ce que nous mesurons la chance inouïe que nous avons d’être aimés d’un tel amour ?

Cette gratitude (très à la mode aujourd’hui dans notre société à travers la psychologie positive) nous permet à nous chrétiens qui savons qui remercier, de remonter à la source et à l’invitation de St Paul, de « rendre grâce à Dieu en toute chose » (1Th 5,18).

Elle nous fait entrer dans une dynamique missionnaire, selon la parole du Christ : « Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement » (Mt 10,8). Ainsi, résume le père Pascal Ide, « lorsque le croyant exprime sa reconnaissance pour l’amour bouleversant de Dieu, il se sent appelé à en témoigner à travers toute sa vie, pour l’évangélisation ».

Cette année encore, il ne nous est pas demandé de devenir un héros à coup d’efforts surhumain ou un saint à la force du poignet. Il s’agit de laisser Dieu se déployer en nous, de nous mettre à son écoute. Quel beau programme !

Nathalie et Jean-François MORIN


Mardi 3 mars réunion du Conseil Economique de la paroisse

Mercredi 4 mars suite du parcours Couples à 20h au 24 rue André Antoine

Dimanche 8 mars : célébration de l’onction des malades.

La préparation du sacrement est prévue le lundi 02 mars à 16h. Inscription auprès de l’accueil et par email à la paroisse paroisse-saint-jean@wanadoo.fr

 

Samedi 14 mars 2020 de 15h00 à 17h00 à la basilique du Sacré Cœur de  Montmartre : Prière de louange, d’intercession et de guérison pour les paroisses du 18eme arrondissement 

 

Dimanche 15 mars : célébration des étapes vers le baptême 


Aumône de carême

Le choix s’est porté cette année sur un soutien à l’association Marthe et Marie, qui vient en aide aux femmes enceintes en difficulté en leur proposant de vivre en colocation solidaire avec de jeunes femmes volontaires pour les accompagner durant leur grossesse et toute la première année qui suivra la grossesse. Aujourd’hui l’association gère 2 colocations à Paris qui peuvent accueillir 8 mamans et 8 bébés, et travaille sur plusieurs projets d’ouvertures qui permettront de répondre aux très nombreuses sollicitations de femmes enceintes en particulier à Paris. L’association recherche encore 65 000 € pour boucler le budget 2020 des maisons parisiennes.

Tous les dimanches de carême, une quête à la fin de la messe sera à cette destination.

Ou directement, chèque à l’ordre de : « Fondation Notre Dame – Carême 2020 – Projet Marthe et Marie »
A envoyer à : Fondation Notre Dame – Collecte de carême – 10 rue du Cloître Notre-Dame -75004 Paris


Le carême en paroisse 

Les vendredis de carême : 

            – prière d’adoration du saint Sacrement, 17h-19h

            – messe à 19h

            – 19h45 : repas frugal et fraternel (au 24, rue André Antoine)

            – 20h15-21h30 : parcours de carême avec pour thème : LA GRATITUDE, la plus bienfaisante des habitudes intérieures (topo, partage, prière)

.vendredi 28 février : la puissance de la gratitude

.vendredi 6 mars : Cultiver la vertu de la gratitude

.vendredi 13 mars : Grandir dans la gratitude vis-à-vis de soi-même

.vendredi 20 mars : Devenir maître dans la vertu de la gratitude

.vendredi 27 mars : Vivre la gratitude en temps d’épreuves

.vendredi 03 avril : Soirée de conclusion.

 


Share