Dimanche 26 avril
L’Essentiel est invisible pour les yeux

Le miracle n’est il pas le partage ?

Livre des Actes des Apôtres 5,34-42.

En ces jours-là, comme les Apôtres étaient en train de comparaître devant le Conseil suprême, intervint un pharisien nommé Gamaliel, docteur de la Loi, qui était honoré par tout le peuple. Il ordonna de les faire sortir un instant,
puis il dit : « Vous, Israélites, prenez garde à ce que vous allez faire à ces gens-là.
Il y a un certain temps, se leva Theudas qui prétendait être quelqu’un, et à qui se rallièrent quatre cents hommes environ ; il a été supprimé, et tous ses partisans ont été mis en déroute et réduits à rien.
Après lui, à l’époque du recensement, se leva Judas le Galiléen qui a entraîné beaucoup de monde derrière lui. Il a péri lui aussi, et tous ses partisans ont été dispersés.
Eh bien, dans la circonstance présente, je vous le dis : ne vous occupez plus de ces gens-là, laissez-les. En effet, si leur résolution ou leur entreprise vient des hommes, elle tombera.
Mais si elle vient de Dieu, vous ne pourrez pas les faire tomber. Ne risquez donc pas de vous trouver en guerre contre Dieu. » Les membres du Conseil se laissèrent convaincre ;
ils rappelèrent alors les Apôtres et, après les avoir fait fouetter, ils leur interdirent de parler au nom de Jésus, puis ils les relâchèrent.
Quant à eux, quittant le Conseil suprême, ils repartaient tout joyeux d’avoir été jugés dignes de subir des humiliations pour le nom de Jésus.
Tous les jours, au Temple et dans leurs maisons, sans cesse, ils enseignaient et annonçaient la Bonne Nouvelle : le Christ, c’est Jésus.

Psaume 27(26),1.4.13-14.

Le Seigneur est ma lumière et mon salut ;
de qui aurais-je crainte ?
Le Seigneur est le rempart de ma vie ;
devant qui tremblerais-je ?

J’ai demandé une chose au Seigneur,
la seule que je cherche :
habiter la maison du Seigneur
tous les jours de ma vie,
pour admirer le Seigneur dans sa beauté
et m’attacher à son temple.

Mais, j’en suis sûr, je verrai les bontés du Seigneur
sur la terre des vivants.
« Espère le Seigneur, sois fort et prends courage ;
espère le Seigneur. »

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 6,1-15.

En ce temps-là, Jésus passa de l’autre côté de la mer de Galilée, le lac de Tibériade.
Une grande foule le suivait, parce qu’elle avait vu les signes qu’il accomplissait sur les malades.
Jésus gravit la montagne, et là, il était assis avec ses disciples.
Or, la Pâque, la fête des Juifs, était proche.
Jésus leva les yeux et vit qu’une foule nombreuse venait à lui. Il dit à Philippe : « Où pourrions-nous acheter du pain pour qu’ils aient à manger ? »
Il disait cela pour le mettre à l’épreuve, car il savait bien, lui, ce qu’il allait faire.
Philippe lui répondit : « Le salaire de deux cents journées ne suffirait pas pour que chacun reçoive un peu de pain. »
Un de ses disciples, André, le frère de Simon-Pierre, lui dit :
« Il y a là un jeune garçon qui a cinq pains d’orge et deux poissons, mais qu’est-ce que cela pour tant de monde ! »
Jésus dit : « Faites asseoir les gens. » Il y avait beaucoup d’herbe à cet endroit. Ils s’assirent donc, au nombre d’environ cinq mille hommes.
Alors Jésus prit les pains et, après avoir rendu grâce, il les distribua aux convives ; il leur donna aussi du poisson, autant qu’ils en voulaient.
Quand ils eurent mangé à leur faim, il dit à ses disciples : « Rassemblez les morceaux en surplus, pour que rien ne se perde. »
Ils les rassemblèrent, et ils remplirent douze paniers avec les morceaux des cinq pains d’orge, restés en surplus pour ceux qui prenaient cette nourriture.
À la vue du signe que Jésus avait accompli, les gens disaient : « C’est vraiment lui le Prophète annoncé, celui qui vient dans le monde. »
Mais Jésus savait qu’ils allaient venir l’enlever pour faire de lui leur roi ; alors de nouveau il se retira dans la montagne, lui seul.
 

L’ESSENTIEL EST INVISIBLE POUR LES YEUX

Comment ne pas penser à cette parole du Renard, universellement connue, figurant dans « Le Petit Prince » : « L’essentiel est invisible pour les yeux » quand on évoque l’Évangile de ce jour ?
Ne sommes-nous pas, nous chrétiens, comme les disciples d’Emmaüs des femmes et des hommes marchant sur les chemins de la vie sans penser que le Christ marche avec nous, tout simplement parce que nous ne le voyons pas ? Souvent même, nous lui en voulons de ne pas se manifester, surtout dans la période anxiogène que nous vivons, alors qu’il est là à côté de nous…
Pourtant Jésus nous montre la route à suivre mais le doute persiste car nos yeux sont aveuglés. Comme les disciples qui, au moment d’entrer dans l’auberge ont, toutefois cette parole d’espérance : « Reste avec nous car il se fait tard », ne suivons-nous pas la même démarche quand nous entrons dans une église ? C’est au moment du partage du pain que les yeux des deux pèlerins s’ouvrent, qu’ils reconnaissent Jésus. Et nous, chrétiens, n’est-ce pas au moment de l’Elévation que nous osons dire « Mon Seigneur et mon Dieu ».
A ce moment là, pour nous aussi, nos yeux et nos cœurs s’ouvrent. Le doute est vaincu, l’aurore a dissipé la nuit. Nous avons reçu un nouveau « logiciel » pour apprendre à déceler la présence du Christ qui nous échappait parce qu’il était trop discret ou plutôt parce que nous étions trop distraits.
Puisse la lumière de Pâques nous ouvrir les yeux et nous aider à espérer.

Marcel PROVOT


PRIER :
 
Eglise ouverte tous les jours : venez y déposer une bougie pour vous, un proche
Rencontrer un prêtre : tous les jours, entre 18h30 et 20h00.
Célébrer la réconciliation : c’est toujours possible. Le carême, temps de conversion à la miséricorde.
En communion spirituelle, laudes à 8h30 et tous les autres offices (textes disponibles sur le site : https://www.aelf.org)
Tous les jours, à 12h ou 19h, au son des cloches de l’église, prier l’Angélus :
https://www.paris.catholique.fr/131-60-L-Angelus.html
Une homélie par jour : le père Olivier (sur la page Facebook)
 
Diffusion en direct sur la page Facebook de la paroisse des messes du dimanche à 10h30
 
Accueil des prêtres dans l’église du mardi au samedi 18h30-20h
Boite à intentions et à idées dans l’église : déposer une prière, une intention de messe, une demande, une disponibilité…
Enseignement hebdomadaire, publié le mercredi
 
 
CHARITÉ́ EN ACTE :
 
.Aide aux personnes isolées : dans la boite à intentions dans l’église, mettre les coordonnées des personnes à contacter, les besoins (portage de courses, visites brèves respectant les principes de distanciation, contact téléphonique régulier, …)
Des ange-gardiens s’engagent à veiller sur une personne.
La distribution alimentaire continue, 7j/7, à 12h. dans les paroisses : St Denys de la Chapelle, St Bernard de la Chapelle, Ste Hélène, ND de Clignancourt
 
 
RESTER EN LIEN :
 
Les groupes et les missions paroissiales habituelles se retrouvent sous visio conférence ou d’autres moyens médias.
Temps artistique confiné : après la messe du dimanche une heure en compagnie d’artistes de Montmartre. Sur le thème de la résurrection, la joie, la vie, l’espérance pascale…
 
Blog de la catéchèse : Le KT fait sa rentrée et continue son parcours le samedi matin avec des séances en ligne
 
Le Christ est ressuscité ! Il est vraiment ressuscité !
Après l’avoir proclamé et fêté à Pâques, de nos confinements, nous vous proposons de vivre en Eglise les semaines qui nous mèneront à la Pentecôte.
En effet, depuis mercredi, et pendant tout le temps pascal, un enseignement est diffusé en direct le mercredi à 20h, sur la page https://www.facebook.com/paroissesaintjeandemontmartre
 
Pour ceux et celles qui désirent poursuivre et approfondir, un temps d’échange va s’organiser et la réflexion portera sur l’évangile du dimanche.
Les personnes qui le souhaitent se retrouveront autour d’un animateur, en petit groupe, une fois par semaine par téléphone, skype, zoom… (en fonction des possibilités de chacun).

QUÊTE EN LIGNE :
Vous pouvez continuer à faire une offrande à la paroisse en ce temps de confinement : https://quete.paris.catholique.fr/?etape=1

Merci pour votre générosité

En communion particulière avec nos frères et sœurs défunts de ces derniers jours : Monique Dorange, Yvonne Vigniel, Sylvie Havrileck,
Jean-Eudes de Montzey et Paulette Simon.

 

Share