Charte du Bénévolat – 28 septembre 2013

Présentation de la Charte du bénévolat le 28 septembre 2013

Dimanche 28 septembre, deux des membres du Conseil Pastoral présentaient à l’assemblée dominicale notre “charte du bénévolat : ”

Intervention de Caroline :

Pour faire vivre une paroisse, il faut beaucoup d’énergie, les services et les missions sont nombreux et variés. Certains sont ponctuels, comme les préparations de moments liturgiques forts (messes de Noël ou Pâques), d’autres plus engageants dans la durée et la régularité.

Le conseil pastoral a mis en place l’an dernier, en reprenant une initiative diocésaine, une charte pour les bénévoles appelés au service de l’Evangile à la paroisse. Cette charte précise les engagements et responsabilités réciproques de la paroisse et du bénévole pour cette mission ainsi que sa durée.

Nous souhaitons qu’à la suite de nombreux laïcs déjà engagés à St Jean, d’autres membres de la communauté puissent trouver leur place dans ces engagements et s’y sentir appelés.

La mise en place de cette charte répond très concrètement à la 4ème grande orientation de la vie paroissiale, “l’appel à la responsabilité” Cette démarche, qui rencontre la dynamique du diocèse, centrée cette année sur l’appel, invite chaque équipe et chaque bénévole à être appelé et chaque membre de la communauté à se mettre en position d’être appelé. N’hésitez pas à vous signaler à un membre du conseil pastoral ou bien à venir en parler à l’accueil à un autre moment si vous êtes intéressés.

Share

Parrain – Marraine

Votre soeur, ou votre meilleur ami vous appelle au téléphone pour être le parrain ou la marraine de sa fille qui vient de naitre. Zut, que faire ?
En pratique qu’est ce que cela implique pour vous ?
Qu’attend on de vous ?

Un petit coup d’oeil sur la définition donnée par le conseil des évêques éclairera peut être notre lanterne…

Les interrogations du début :

Dépendant du degré d’avancement dans la foi des parents, les fameux qui vous ont posé cette colle, il est nécessaire que vous soyez vous-mêmes baptisés. Cela réglé, qu’attendent-donc ils de vous ?

* Parfois d’être un peu plus avancé dans la foi qu’eux

* D’être un exemple pour votre enfant, avec un statut quasi familial.

Un petit dialogue avec les parents pourrait vous éclairer…

Les missions :

Autrefois le parrain et la marraine étaient choisis avec plusieurs dimensions dont une qui était d’assumer le rôle de parents de substitution en cas de décès prématuré des parents. Cette dimension tend à disparaitre de nos jours. Le rôle de Parrain/Marraine va donc se “borner” à accompagner l’enfant dans sa vie de chrétien, non pas au quotidien, mais durant de grandes étapes. Vous pouvez être sûrs d’être convoqué de nouveau à la communion, à la profession de foi, à la confirmation, et peut être au mariage de votre filleul(e).

Vous n’êtes pas là pour faire l’éducation de l’enfant, mais un rôle de conseil à l’enfant et non pas aux parents sera souvent le bienvenue. Un Parrain/Marraine peut être un confident, mais pour atteindre ce statut, vous devrez passer du temps avec votre filleul(e) : Mission numéro 1.

Le statut va parfois de paire avec celui de généreux donateur de cadeaux. Bien sur ! mais pas exclusivement, car un cadeau ne remplace pas l’heure passée à jouer, discuter, questionner, écouter, comprendre, réconforter.

La mission de présence durant le baptême est en quelque sorte le passage par la case départ. Inévitable !! Soit vous tiendrez le cierge du baptisé, soit vous l’aiderez à se vêtir d’un vêtement blanc… on n’y coupe pas.

Durant la cérémonie du baptême lui-même, rassurez vous, on ne vous demandera pas de réciter les 57 prières que vous avez peut être apprises au catéchisme autrefois (moi pas), mais depuis lors complètement oubliées.

En résumé pour la cérémonie, on vous demande d’apporter votre joie, votre témoignage de chrétien, et de faire le premier pas d’une longue marche ensemble avec votre filleul(e).

——–

Beaucoup se posent la question : quelle est la prière du Parrain ou celle de la Marraine ? Déculpabilisons tout de suite la future Marraine ou le futur Parrain ; il n’y en a pas. Vous pouvez bien sur rédiger quelques mots et les lire. Vous pouvez vous adresser au baptisé, aux parents, à la famille, à l’assemblée. Quelques idées :

* Ton baptême est une fête de famille, une fête entre amis, qui nous apporte joie et bons souvenirs. Partageons avec la communauté et avec d’autres cette joie.

* Marraine / Parrain : Mission délicate mais pas impossible. Nous l’accomplirons ensemble avec toi, ensemble tout au long de ta vie. Dieu nous accompagnera pour nous aider.

Je ne doute pas que vous trouviez des idées en rapport avec les personnes présentes, le pourquoi de votre désignation, le lieu dans lequel ce baptême se déroule…

Share

C’est quoi le baptême? réponse à un enfant

Question de mon fils : Le baptême qu’est ce que c’est ?

Le baptême est une démarche, c’est à dire une décision, un mouvement de quelqu’un, ou de ses parents s’il s’agit d’un bébé, pour aller vers Jésus.

Mouvement, décision : facile à dire mais à quoi cela correspond il ?
Un baptisé veut démarrer une nouvelle vie, dans laquelle il place Dieu au centre. Cela ne veut pas dire qu’il prie tout le temps, mais simplement qu’il essaye d’aimer comme Dieu aime tout le Monde.

Le signe principale du baptême est l’eau dans laquelle on est plongé pour en émerger comme à sa naissance hors du ventre de sa mère.
L’Eglise aimant les traditions, on retrouvera aussi au cours du baptême un ensemble de signes, gestes, actions faites par les parrains, marraines et parents, ainsi que par celui qui donne le baptême.

Mais venons en à la question de qui peut baptiser : un membre du clergé, diacre ou prêtre.

Question suivante : A quoi sert un parrain et une marraine ?

Pas seulement à offrir des cadeaux à ton anniversaire ! Ils sont là pour t’assister aux différents moments de ta vie. Cela peut être les différentes étapes de ta vie de chrétien : Communion, confirmation, ou de ta vie d’homme : Mariage, fête de famille. Ils peuvent être là pour t’écouter lorsqu’il est plus facile de leur parler plutôt qu’aux parents.

Question un peu plus difficile : A quel âge puis je être baptisé ?

En fait n’importe lequel. L’habitude pour les familles catholiques veut que l’on baptise les enfants lorsqu’ils sont encore petits (moins d’un an). Certains préfèrent attendre que les enfants aient grandi à ton âge pour qu’ils aient pleinement conscience de la démarche. Les deux se comprennent. On peut également décider de se faire baptiser à l’âge adulte,après avoir réfléchi et entamé une démarche de préparation.

Question un peu variée : Qui ne peut pas être baptisé ?

Tout être humain. Par contre on ne baptise que les êtres ayant une conscience, donc cela élimine les doudous et les animaux !

Question annexe : Si je suis baptisé, que devrais je faire ?

Rien de plus que maintenant ! Non tu ne seras pas obligé d’aller à la Messe tous les dimanches. Il te suffit simplement d’être tout comme tu es en ce moment. Obéis aux règles données par les parents et laisse ton cœur décider.

Share

Entretien avec mon fils

[*Hugo a 5 ans et demi et participe à l’Eveil à la Foi.
Pas très concentré, il oublie les engagements pris avec Jésus*]

Débat un soir lors de la Prière, un des interlocuteurs étant allongé dans son lit et l’autre debout à coté.

P : Qu’as tu fait aujourd’hui de bien, dont tu pourrais parler à Jésus ?

H : J’ai joué !

P : Bien, mais dans tes jeux, qu’as tu fait qui te permet de ressembler à Jésus ?

H : J’ai prêté mes voitures à Zoé (gros effort connaissant l’individu)

P : Très bien, je suis sur que Jésus apprécie ce geste de partage, car dans partage il y a le mot Joie. La démarche, le geste nous apporte la Joie et se pratique dans la Joie. Recevoir et Donner doivent être aussi facile à pratiquer l’un que l’autre

H : (Dans un élan de générosité) Et je donnerais une maison aux gens qui n’en n’ont pas, ainsi qu’à manger à ceux qui n’ont pas de nourriture.

P : Avant d’aller faire de grandes choses, il faut s’entrainer sur de petites choses. Souviens toi lorsque nous avons pris un jouet pour toi dans ce magasin, il y avait des dames volontaires qui ramassaient des dons pour les Restos du Coeur, et bien, il ne t’est pas venu tout de suite à l’idée de prendre une petite voiture comme la tienne pour la donner. Et ce qui aurait été encore mieux, aurait été de donner ta voiture.

H : Oui mais je suis sur qu’ils ont préféré la verte et pas ma bleue.

P : Qui sait ? Rappelles toi d’une chose. Dans l’Evangile il est fait mention d’une veuve qui donne, non pas le surnuméraire (c’est à dire ce qui est en trop) mais ce dont elle a besoin pour vivre. Ici dans la Paroisse, j’ai vu un Monsieur qui n’a pas de toit, qui est venu offrir ce qu’on lui a donné pour acheter une petite bougie pour faire une prière à Jésus. Souviens toi de ce geste, car il est important. Les grandes idées ne sont valables que si nous faisons aussi de petits gestes.

Bonne nuit !

——————————————————————————————–

Share

Entretien avec ma fille

[*Questions et Réponses entre Zoé (2 ans et demi) et son papa.
L’article a été rédigé en plusieurs semaines, afin de rassembler les questions et réponses.*]

Pour faciliter la lecture les questions de Zoé ont été transcrites en bon français.

Question : Ou est Jésus ?

Réponse : Là (en désignant le coeur), dans ton coeur, en permanence avec toi.

Question : N’a t il pas de maison ?

Réponse : Si !! tu connais l’Eglise juste en face : Saint Jean; C’est sa maison aussi, et il invite tout le temps dans sa maison. On peut aller le voir quand on veut. Il est toujours très content lorsque quelqu’un rentre et vient lui dire bonjour ou lui faire un sourire.

Dans l’Eglise, Zoé ayant l’habitude de prendre le baptistère pour un arbre et de s’y suspendre, explications :

Question : Pourquoi ne peut on pas ?

Réponse d’adulte : Ce n’est pas fait pour ça. En fait c’est un baptistère. Cela sert à baptiser !

Question : Qu’est ce que c’est le baptisé ?

Réponse : C’est toi ! il se trouve que tes parents ont choisi de te baptiser lorsque tu étais encore bébé. Normalement on devrait plonger le bébé dans le baptistère, mais aujourd’hui par souci pratique on ne fait plus que le geste de mouiller le front.

Question : Qu’est ce que le Pain de Jésus ? (Zoé m’accompagne pour aller communier)

Réponse bien embêtée : Jésus nous invite à partager avec lui, et une illustration de ce don est le Pain qu’il nous offre. Ce Pain c’est aussi Lui, qui s’offre. A nous de l’accepter et de faire de même !

Question : Puis je aller jouer ?
Réponse : Oui !

——————————————————————————————–
Entretien lors d’une prière du soir

Question : Tu regardes Zoé ?
Réponse : Oui, en fait je pensais aux personnes qui n’ont pas de maison. Tu sais, ils ont froid dehors et nous avons parfois peur de leur parler, de leur sourire, de les aider, mais je pense qu’ils ont parfois encore plus peur de nous car nous les laissons en marge, nous les avons abandonné.

Question : Sans maison, ils n’ont pas de lit ?
Réponse : Non, ils et elles n’ont pas de lit à eux. Nous avons un lit et un toit et nous devons penser à eux et trouver un petit moyen de les aider. Pour commencer, juste leur dire bonjour et leur parler est une première étape, un grand pas à franchir.

Share

La baleine et le papillon

Cet article, intitulé “la baleine et le papillon” a été rédigé par Jacques NOYER, évêque honoraire d’Amiens, pour le journal Témoignage Chrétien ( 2 Oct 2008) Il concerne l’Église catholique et sa capacité à se remettre en cause.

Je ne demande pas qu’on change l’Église. Je demande qu’elle soit vivante. Je réclame qu’elle reste fidèle à sa mission, qu’elle porte la parole du Christ à nos contemporains, qu’elle témoigne du monde renouvelé par l’Esprit. Il ne s’agit pas de la conserver comme un trésor au risque d’en faire un conservatoire des mœurs d’antan. Il ne s’agit pas de la rafistoler par quelques astuces pour qu’elle survive un hiver ou deux de plus. Il s’agit qu’elle trouve les gestes et les mots qui diront Dieu au monde d’aujourd’hui.

Elle est mon Église et il n’est pas question de me désolidariser d’elle. J’assume son histoire avec fierté souvent, avec honte parfois, avec résignation toujours. Je prends tout en elle, le meilleur et le pire, les croisades et les conciles Alexandre VI et Jean-Paul II, la cour de Rome et les saints. Je crois que cette histoire d’hommes avec ses héros et ses lâches, ses audaces et ses calculs, n’est sainte que par l’Évangile qu’elle porte.

Disponible au présent

Je lui demande seulement de rester dans l’histoire sans se figer dans l’éternel. Je lui demande de ne pas sacraliser son passé au point d’être indisponible au présent. Je l’implore de renoncer aux réussites mondaines et aux vaines richesses pour ne pas « contrister » l’Esprit qui l’appelle.

J’aimerais qu’elle se rende compte qu’il lui faut changer parce que le monde qui est le champ de sa mission change. Il me plairait qu’elle reconnaisse le travail de l’Esprit mieux que les traces du démon. Les nouveautés ne sont pas forcément des valeurs qui se perdent mais souvent aussi des « signes des temps », prémices du Royaume. Il faut qu’elle ouvre les portes de l’espérance au lieu de cultiver les archives de la nostalgie.

Elle a inventé l’école pour tous. Elle a appris aux hommes à lire et à écrire. Elle a voulu que l’homme grandisse mais elle s’affole aujourd’hui parce que son discours ne passe plus. Son « catéchisme » peut être aussi riche et cohérent que possible mais des hommes adultes n’attendent plus un catéchisme. Ils souhaitent qu’on écoute leurs questions avant de leur donner des réponses. Ils préfèrent dialoguer avec Dieu plutôt qu’on leur parle de Lui.

Elle a dénoncé les mariages d’intérêts, les unions arrangées par les parents. Elle a défendu la liberté des époux et promu l’amour au cœur du couple. Mais elle est toute surprise aujourd’hui qu’on n’accepte plus la triste fidélité hypocrite d’autrefois. La Bible nous parle pourtant d’une alliance d’amour en permanence trahie et en permanence renouvelée.
La Pentecôte rassemble la diversité des peuples dans un même Esprit. L’Église – et l’Église catholique en particulier – a tout fait pour pacifier les frontières et encourager les échanges. Elle ne saurait se contenter d’inviter les nations riches à reconnaître leurs racines chrétiennes en ignorant le brassage de populations, contrôlé ou pas, qui bouscule les États, les consciences et les nations.

Le parti des pauvres

De tout temps la grandeur de l’Église a été de prendre le parti des pauvres. Même quand elle ne savait pas apporter la justice elle consolait par sa charité. Aujourd’hui encore des chrétiens sont présents dans la recherche d’une politique plus juste et dans les urgences caritatives. C’est là qu’on comprend le Christ. C’est là qu’on attend ses disciples. Mais les médias s’amusent à ne voir l’Église qu’à travers un pontife jouant au dernier monarque absolu, dans un cérémonial d’un autre âge, loin des problèmes de fins de mois de leur public.

Un cri comme celui-ci vers qui le faire entendre ? Une prière comme celle-ci vers quel saint l’adresser? À quelle adresse poster ce courrier ? Y a-t-il une chance de changer quelque chose ? La lourdeur de l’administration vaticane – ce n’est pas un mammouth mais une énorme baleine échouée sur le sable – donne l’impression que rien ne peut la réveiller. Mes mots ne feront pas plus de bruit que l’aile d’un papillon sur le dos du cétacé. Mais, après tout, on sait qu’un vol de papillon dans l’hémisphère sud peut engendrer une tempête dans l’hémisphère nord. Et puis il y a beaucoup de papillons. Et puis dans le vent qu’ils font souffle aussi l’Esprit. Pourquoi ne seraient-ils pas capables de réveiller la baleine : une grande marée et un petit ouragan et la voilà remise à l’eau, légère et vivante !

Témoignage Chrétien

Share

Un anniversaire… 60 balais

3 octobre 2011, le curé de la paroisse, Alexis Bacquet, touche à sa soixantième année !

L’équipe organisatrice (triumvira) de cette fête d’anniversaire s’est révélée d’une redoutable efficacité car Alexis ne s’est pas douté de ce rassemblement dans la crypte. Bien sur certains visages présents à la Messe à 10h30 ont éveillé ses soupçons, mais cela devait s’arrêter à un apéritif…

Pas de chance, puisqu’ Augustin venait de prêcher sur l’accueil !

Ce rassemblement a été l’occasion pour beaucoup de redécouvrir ce que veut dire grande famille, partage, joie…

PS :

Merci à Gérard, redoutable photographe !!

Si vous ne souhaitez pas qu’une photo soit publiée sur le site, surtout n’hésitez pas à envoyer un mail à contact@saintjeandemontmartre.com pour qu’elle soit retirée immédiatement.

Si d’autres personnes ont des photos… mail habituel : contact@saintjeandemontmartre.com

Share