Pâques, fête de la résurrection

Et si Noël était un peu parfois l’arbre qui cache la forêt ? Noël est certes capital : c’est l’évènement de la naissance de Jésus, le jour où l’on dit : “Dieu n’est pas loin, le Verbe s’est fait chair, en Jésus de Nazareth, Dieu est tout proche de nous”

Mais que serait Noël sans l’apothéose de Pâques ? C’est là que toute la foi chrétienne trouve son sommet. Jésus, au cours de son dernier repas, confie à ses disciples le soin de poursuivre son geste de partager le pain et le vin, puis il donne sa vie sur la croix – non pas par amour de la souffrance, mais bien par amour pour chacun de nous, enfin par sa résurrection, il nous montre que notre Dieu est le Dieu des vivants : par sa résurrection, “chacun d’entre nous, déjà, est ressuscité” comme le dit une prière de la messe de Pâques. Par sa résurrection, nous sommes tous sauvés et invités à mettre nos pas dans ceux de Jésus, pour donner plus de vie à chacune de nos rencontres.

A l’occasion de Pâques les chrétiens sont invités à se rassembler trois soirs de suite :
* Le “Jeudi Saint” pour célébrer le dernier repas de Jésus et l’exemple de service qu’il a donné en lavant les pieds de ses disciples.
* Le “Vendredi saint” pour célébrer la mort de Jésus ; non pas un éloge de la souffrance mais notre reconnaissance pour celui qui va jusqu’au bout : “Pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux que l’on aime”
* Le Samedi Saint pour célébrer la résurrection de Jésus le Christ : Il est présent parmi nous, son amour nous invite à changer nos vies pour, avec lui, devenir enfants de Dieu le Père.

Ces très belles célébrations donnent lieu à quelque “remue ménage” : le Jeudi Saint une grande table est disposée dans l’allée centrale de l’église, les membres de l’assemblée sont assis de part et d’autre. Le vendredi saint, on accorde une attention toute particulière à la croix du Christ. Le Samedi Saint, après l’allumage d’un feu et des cierges de tous les participants ont souvent lieu des baptêmes d’adultes

Share