A la Crèche...par Augustin Chévrier, diacre permanent

L’Eglise catholique a pour habitude de célébrer « l’Epiphanie le 6 janvier », ainsi que le soulignent les Normes universelles de l’année liturgique et du calendrier du Missel romain. Ce principe connaît toutefois des exceptions, en particulier dans les pays où le 6 janvier n’est pas un jour chômé, permettant ainsi aux fidèles de se rendre à la messe. Dans ces pays, l’Épiphanie est alors fixée «au dimanche se situant dans la période du 2 au 8 janvier ». Si le 1er janvier est un dimanche, l’EGLISE privilégie de célébrer « Sainte Marie Mère de Dieu. » l'Épiphanie sera alors célébrée le 2e dimanche de janvier.

L'Epiphanie ou « Jour des Rois » est une fête chrétienne où nous commémorons la visite des « ROIS MAGES » à l'enfant Jésus. « Epiphanie » provient du grec « Epiphaneia », qui signifie “manifestation”. En ce début d’année et chaque année, « Nous célébrons trois mystères en ce jour : aujourd'hui l'étoile a conduit les mages vers la crèche ; aujourd'hui l'eau fut changée en vin aux noces de Cana ; aujourd'hui le Christ a été baptisée par Jean dans le Jourdain pour nous sauver, Alléluia. (antienne du MAGNIFICAT aux vêpres du soir de la fête de l’Epiphanie) Ces rois-mages venus d'Orient se mettent en quête du nouveau-né en suivant l'étoile, symbole supplémentaire de la manifestation divine. Lorsqu'ils atteignent la crèche de Jésus, ils se prosternent et l'adorent, puis lui offre de l'or, symbole de la royauté ; l'encens, symbole de la divinité ; et la myrrhe, annonciatrice de la souffrance rédemptrice. La myrrhe est une gomme-résine aromatique produite par l'arbre à myrrhe (ou balsamier), une arbre qu'on trouve en Afrique de l'Est et dans la péninsule Arabique. Nouveau-né, Jésus bouleverse déjà le pouvoir en place puisque HERODE, suite à la visite des MAGES veut lui aussi aller saluer ce Nouveau-Né. « Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Nous avons vu son étoile à l’orient et nous sommes venus nous prosterner devant lui. » En apprenant cela, le roi Hérode fut bouleversé et tout Jérusalem avec lui. » (Mt 1,3) En ce début d’année, je vous souhaite mes meilleurs vœux qui soient une année de paix, de sérénité, et sur la vie ECCLESIALE, pleine d’espérance même si nous sommes bousculés dans notre FOI.



Nous remercions Sylvain Marie, (boulangerie au 12 rue Coucou) et Gilles Marchal (pâtisserie 9 rue Ravignan) de nous avoir permis de partager de délicieuses galettes à l'issue de la messe en ce dimanche.




28 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout